Homélies 2018

  • La Sainte Famille (C)

    Lc 2, 41-52
    Singulière famille que la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, avec un fils unique fugueur qui se permet non sans affection de remettre en place ses parents. « Comment se fait-il que vous m'ayez cherché ? Ne saviez vous pas... ? » Déconcertant Jésus
  • Jour de Noël 2018

    Jn 1, 1-17
    Dans cette étable, un matin s’est levé. Dehors, c’est la nuit. Nuit sur la route et dans mon cœur. Une nuit sans étoile, profonde et tumultueuse comme la haute mer.
  • Nuit de Noël 2018

    Lc 2, 1-14
    Avez-vous remarqué, frères et sœurs, que dans l’Évangile que nous venons d’entendre, il y a comme deux moments bien distincts. La première partie du texte nous parle d’un fait divers : la naissance d’un enfant dans des conditions de grande pauvreté, de précarité.
  • 4° Dimanche de l'Avent (C)

    Lc 1, 39-45
    Cette visitation de Marie à Élisabeth est l’histoire d’un ravissement, d’une jubilation qui s’éveille et se lève avec empressement pour monter à la montagne de Judée. Déjà, l’élévation promise est en route en celle qui porte l’enfant qui est la résurrection et la vie.
  • 3° Dimanche de l'Avent, de Gaudete (C)

    Lc 3, 10-18
    Frères et sœurs, ce troisième dimanche de l’avent est traditionnellement celui de la joie. Dans les deux premières lectures, on a bien compris le message : le prophète Sophonie dit au peuple d’Israël : Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Et saint Paul de son côté dit la même chose aux Philippiens : Soyez toujours dans la joie du Seigneur. Mais dans l’évangile,
  • 2° Dimanche de l'Avent (C)

    Lc 3, 1-6
    "L'an 15 du règne de l'empereur Tibère, Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode prince de Galilée..." Après une introduction aussi imposante que celle- ci, qui inscrit l'Évangile dans l'histoire du monde, on s'attendrait à recevoir l'annonce solennelle de l'avènement de Jésus,
  • 1° dimanche de l'Avent (C)

    Lc 21, 25-28.34-36
    Frères et sœurs, à quoi bon avoir changé d’année liturgique puisque nous retrouvons en partie l’Évangile d’hier ? Cela pose la question : qu’est-ce donc que l’Avent ? quelle est cette attente, cette venue - puisque Avent signifie en latin : venue -. Cette venue est-elle à décliner au singulier ou au pluriel ?
  • Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l'Univers (B)

    Jn 18, 33b-37
    Frères et Sœurs, comment attraper aujourd’hui la bonne longueur d’onde pour fêter le Christ Roi avec joie et sans ressentir une gène diffuse ? En recherchant quels Évangiles l’Église nous donne à méditer, au terme de chaque année liturgique, pour la fête du Christ Roi.
  • 33° dimanche du TO (B)

    Mc 13, 24-32
    Certains de nos contemporains – certains d’entre nous peut-être – se demandent si la fin du monde est pour bientôt. Il est vrai que de lourds nuages obscurcissent l’horizon de la paix : le Forum pour la paix qui s’est tenu récemment à Paris soulignait qu’il y a de quoi être préoccupé… La question du moment de la fin du monde se posait déjà au temps de Jésus
  • 32° dimanche du TO (B)

    Mc 12, 38-44
    11 novembre 1918. Il est 5h15 du matin. Dans la clairière de Rethondes, au cœur de la forêt de Compiègne baignée de brume et sur laquelle le soleil n’est pas encore levé, les plénipotentiaires allemands et les alliés signent l’armistice qui met fin aux hostilités de la première guerre mondiale.
  • 31° dimanche du TO (B)

    Mc 12, 28b-34
    Frères et sœurs, en juin dernier, à Paris il y avait un rassemblement des hommes les plus grands du monde. Parmi eux, un qui mesurait 2m46 et un autre qui chaussait une pointure de 68. Cela impressionnait des personnes qui les rencontraient dans les rues.
  • Défunts

    Lc 7, 11-17
    Ce récit nous présente la rencontre de deux processions, ou plus exactement deux cortèges, deux foules bien différentes qui accompagnent chacune un personnage : d’un côté, le cortège qui accompagne Jésus et ses disciples ; de l’autre, le cortège du mort, un fils unique que pleure sa mère, une veuve.
  • Toussaint 2018

    Mt 5, 1-12a
    C’est la fête de tous les saints, et nous entendons l’évangile dire : « heureux, heureux, heureux… » Frères et sœurs, aujourd’hui, de quoi parle notre liturgie : de la sainteté ou du bonheur ?
  • 30° dimanche du TO (B)

    Mc 10, 46b-52
    « Que désires-tu que je fasse pour toi ? » dit Jésus à cet aveugle plus qu'insistant voire dérangeant et indésirable. Peut-être l'aurez-vous remarqué, mais cette question se retrouve en ce chapitre 10 de l'évangile de Marc lorsque Jésus s'adresse à Jacques et Jean. Oui, c'est bien la même question que Jésus posait aux deux apôtres dans l'évangile de dimanche dernier, sauf qu'à ces-derniers
  • 29° dimanche du TO (B)

    Mc 10, 35-45
    Frères et sœurs, je m’adresse d’abord aux plus anciens d’entre nous, qui ont connu l’époque où les premiers bancs de l’église paroissiale, le dimanche, étaient réservés. Souvenez-vous, vous deviez payer pour avoir la meilleure place afin d’assister à la messe !
  • 28° dimanche du TO (B)

    Mc 10, 17-27
    L’Évangile de ce jour, par la rencontre de Jésus avec cet homme qui a de grands biens, nous parle au fond comme à l’accoutumée d’amour. Et peut-être même de trois amours du moins implicitement, de trois amours qui affleurent et se distinguent aussi bien par leur objet que par leur qualité.
  • 27° dimanche du TO (B)

    Mc 10, 2-16
    "Ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas". Cette déclaration du Seigneur qui fait connaître à tant de couples la beauté mystérieuse de leur amour, nous savons qu'elle est entendue par bien d'autres comme un interdit intolérable, s'opposant à leur désir de séparation.
  • 26° Dimanche TO (B)

    Mc 9, 38-48
    Frères et sœurs, il y a des lectures qui ouvrent en nous le chemin de la Parole de Dieu, parce que l’auteur dit quelque chose de très juste, touche au plus profond de l’humain, et rejoint par là même la Parole de Dieu. C’est vrai des romans – et même des romans policiers – quand ils touchent avec justesse quelque chose de notre réalité humaine.
  • Dédicace de l'église d'En Calcat, 23 septembre

    Lc 19, 1-10
    Aussi surprenant que cela paraisse, l’évangile de Zachée est bien là pour nous parler de nos églises de pierre. Allons tout de suite à la parole que prononce Jésus et qui est la clé de cette fête de la Dédicace : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison ».
  • 24° dimanche du TO (B)

    Mc 8, 27-35
    Chaque évangéliste a sa manière propre de mettre en scène, de présenter l’histoire de l’homme Jésus de Nazareth, de montrer comment ses disciples ont découvert peu à peu qu’il était plus qu’un homme ordinaire.
  • 23° dimanche du TO (B)

    Mc 7, 31-37
    Le comportement de Jésus dans cette scène de l’évangile peut nous étonner, interroger ou déranger. Nous voyons Jésus qui met ses doigts dans les oreilles du sourd-muet et qui lui touche la langue avec sa salive
  • 22° dimanche du TO (B)

    Mc 7, 1-8.14-15.21-23
    Mais qui est donc Celui-ci qui affirme : « Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes » ? Qui est donc ce Jésus qui opposerait presque la Tradition au commandement de Dieu, à la Parole de Dieu ?
  • 21° dimanche du TO (B)

    Jn 6, 60-69
    « Voulez-vous partir, vous aussi ? » (Jn 6, 67b). La question de Jésus s'adresse à la liberté des disciples, de l'homme et même de tous les hommes qui le choisissent et s'interrogent sur Lui depuis ce jour.
  • 20° dimanche du TO (B)

    Jn 6, 51-58
    Frères et sœurs, ne pensez pas que nous avons fait le tour du mystère de Jésus, pain de vie. Les textes des derniers dimanches se ressemblent, mais pas complètement : aujourd’hui, il y a une petite coloration différente et supplémentaire.
  • Assomption de la Vierge Marie 2018

    Ap 11,19…12,10 ; 1Co 15,20-27 ; Lc 1,39-56
    Frères et sœurs, vous connaissez tous par cœur, presque absolument tous, une prière chrétienne : le Je vous salue Marie. La fête de l’Assomption est un bon jour pour laisser cette prière s’éclairer de toute la gloire de notre fête.
  • 19° dimanche du TO (B)

    Jn 6, 41-51
    "Le pain que je donnerai, c'est ma chair." Cette promesse de Jésus v devenir tout à l'heure réalité, quand sur le pain apporté à l'autel sera prononcée la parole : "ceci est mon Corps livré pour vous". La page de l'évangile de s. Jean que nous entendons aujourd'hui éclaire donc le sens de l'eucharistie que nous allons célébrer. Que nous dit-elle ?
  • 18° dimanche du TO (B)

    Jn 6, 24-35
    Ce dont il est question dans l’Évangile de ce matin, c’est bien d’un risque ! Le risque qu’implique la communion eucharistique qui n’est pas transformation, par nous, de ce que nous mangeons ; mais transformation de nous par ce que nous mangeons.
  • 17° dimanche du TO (B)

    Jn 6, 1-15
    Frères et sœurs, en cette année où nous lisons l’Evangile de saint Marc, nous allons faire une grande pause pour lire, durant 5 dimanches, le chapitre 6 de Saint Jean. Ce long chapitre de 71 versets contient un long discours de Jésus résumé ainsi par la Traduction Œcuménique de la Bible : Jésus, le pain de vie.
  • 16° dimanche du TO (B)

    Mc 6, 30-34
    Frères et sœurs, des sociologues contemporains, qui analysent ce qui se passe dans nos sociétés, disent que notre vie relationnelle ressemble à un mouvement pendulaire de tic-tac.
  • 15° dimanche du TO (B)

    Mc 6, 7-13
    Tous, ici, nous savons bien que l’on choisit ses amis ; on ne choisit pas ses frères et sœurs de sang. Qui de nous n’a pas confié à un ami ou une amie ce qu’il ne dirait jamais à son frère ou à sa sœur. L’amitié qui est choix, c’est elle qui me pousse à « saisir » le téléphone, heureux « d’appeler » un ami.
  • Saint Benoît 11 juillet 2018

    Mt 19, 27-29
    La Solennité de notre Père Saint Benoît, je dirais, est une solennité à trois étoiles pour l’abbaye d’En Calcat parce que Saint Patron de la Communauté, Saint Patron de l’Europe, Patriarche de l’Occident.
  • Profession solennelle de frère Bernard

    14° dimanche T.O. B
    ton faire-part de profession, destiné à ta famille, à tes amis, et à quelques communautés monastiques proches : une aquarelle de dom Robert qui représente un match de foot ! C’est tout à fait de saison… Le commentaire que tu en fais tient en une phrase : « Je suis chrétien donc je suis ensemble. » D’où ma question : le monastère est-il vraiment comparable à une équipe de foot ?
  • 13° dimanche du TO (B)

    Mc 5, 21-43
    Jésus regagne l’autre rive. Là, au bord de la mer, Jaïre, un chef de synagogue tombe à ses pieds et le supplie instamment de venir imposer les mains sur sa fille rendue à la dernière extrémité pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. Parole de foi d’un homme qui croit que Jésus sauve et fait vivre.
  • Nativité de Saint Jean Baptiste (2018)

    Lc 1, 57-66.80
    « Que sera-donc cet enfant ? » « Le plus grand des enfants des hommes » répondra un jour Jésus Lui-même. Le plus grand des enfants des hommes à la vie si conformée à celle du Christ jusqu'en son martyre et pourtant un homme apparemment si différent de Jésus
  • 11° dimanche du TO (B)

    Mc 4, 26-34
    Dans notre imaginaire chevaleresque, le règne, le royaume suggère un territoire qui est gouverné par un monarque tout-puissant. Autour de lui, il y a une famille, une cour qui gravite, avec des intrigues.
  • 10èm° dimanche du TO (B)

    Mc 3, 20-35
    Les vicissitudes du calendrier liturgique font ordinairement disparaître ce 10ème dimanche du T.O., de sorte que nous n'entendons presque jamais ces lectures, du moins à la messe dominicale. Cette page de l'évangile de saint Marc nous est donc moins familière, ce qui aggrave son caractère déconcertant.
  • Sacré-Cœur de Jésus, 8 juin 2018

    Jn 19,31-37
    Au XX° siècle finissant, en France surtout, mais plus largement en Occident, pour beaucoup de chrétiens, dans beaucoup de paroisses et de communautés priantes, pour de multiples raisons, la fête du Sacré-Cœur a été rangée au placard. Pas seulement la fête, pas seulement la statue en plâtre
  • Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ

    Mc 14, 12-26
    Il y a, frères et sœurs, une grande tentation en ce jour : fêter le Corps et le Sang du Christ sans le relier au Jeudi-Saint, au drame du Jeudi-Saint. C’est peut-être la même tentation qu’avait éprouvé Pierre sur le mont Thabor : dressons trois tentes ! On connaît la réponse de Dieu.
  • Sainte Trinité

    Mt 28, 16-20
    Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Rien que cela ! Vraiment, Jésus pourrait sembler bien directif en cette solennité de la Trinité et les exemples malheureux n'ont pas manqué dans l'histoire pour comprendre cette recommandation comme un impératif à forcer les gens à croire.
  • Pentecôte 2018 (B)

    Jn 15, 26-27 ; 16, 12-15
    Les disciples de Jésus sont rassemblés à Jérusalem. C’est le jour d’une grande fête juive, la Pentecôte. La ville est pleine de gens venus de partout, pleine d’étrangers. Il n’y a pas d’avions, pas de trains, pas de bus ni de voitures, mais il y a des ânes partout, et des charrettes et des chevaux, des caravanes et des encombrements de dromadaires inimaginables, et Jérusalem est un vrai Capharnaüm en ces jours de fête !
  • 7° Dimanche du TP (B)

    Jn 17, 11b-19
    L’évangile d’aujourd’hui nous rend témoins d’une prière très intime de Jésus. Il prie pour ses disciples, donc aussi pour nous. Il prie pour que nous soyons un (comme lui est un avec son Père), il prie pour que nous ayons en nous la joie en plénitude, pour que nous soyons saints en vérité, pour que le Père nous garde du mal.
  • 6° Dimanche du TP (B)

    Jn 15, 9-17
    Frères et sœurs, il y a quelques jours, je commençais un livre dans lequel l’auteur faisait le constat que notre société moderne est atteinte d’une maladie, celle du « bougisme ». Bougisme : ce néologisme est désormais utilisé pour parler de la manie du changement, de l’évolution, de la transformation.
  • Ascension jeudi 10 mai 2018

    Mc 16, 15-20
    Frères et sœurs, il y a des évangiles émouvants, prenants, saisissants, mais l’évangile de ce jour est plutôt froid, un peu raide, pas très excitant. Pour la fête de l’Ascension, c’est le cas chaque année. Chaque année, ça devrait monter très haut, et ça fait plouf ! L’Ascension est une fête différente des autres, à la lisière des évangiles, une « fête-limite » si l’on peut dire
  • 5° Dimanche du TP (B)

    Jn 15, 1-8
    En ce 5° dimanche de Pâques, c’est sur l’image de la vigne que l’Évangile nous invite à méditer, après celle du berger et de son troupeau la semaine dernière. Images champêtres et bucoliques au fil de ces dimanches du Temps Pascal, que Jésus invente en puisant dans l’Écriture, bien sûr, mais aussi en regardant ses contemporains à l’œuvre
  • 4° Dimanche de Pâques (B)

    Jn 10, 11-18
    "Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis … Je donne ma vie pour mes brebis… Je donne ma vie, je la donne de moi-même". En répétant ces mots avec insistance, saint Jean nous dit clairement qu'ils expriment sur le mystère de la personne de Jésus une réalité centrale, qu'ils nous disent peut-être l'essentiel de ce que Jésus a voulu être pour nous, de ce qu'il a fait pour nous.
  • 3° Dimanche de Pâques (B)

    Lc 24, 35-48
    Le dernier chapitre de l’évangile de Luc nous montre une dernière fois le Christ au milieu de ses disciples qui seront bientôt affranchis de la présence humaine de Jésus ressuscité et deviendront ses témoins.
  • 2° Dimanche de Pâques (B)

    Jn 20, 19-31
    Une question est souvent posée aux chrétiens : comment faites-vous pour revenir toujours aux mêmes textes, sans vous lasser ? Cela est particulièrement vrai pour l'Evangile de ce jour que l'Eglise nous offre chaque année, le dimanche après Pâques.
  • Jour de Pâques 2018

    Jn 20, 1-9
    Notre évangile, tiré ce matin de saint Jean, réplique pour une part celui de cette nuit, la finale de l’évangile de Marc. Marc nous a montré avec une grande force que la Résurrection avait d’abord été pour les disciples un choc, provoquant panique, fuite, peur, stupeur, c’était quelque chose à quoi personne n’avait rien compris. Et pour cause :
  • Nuit de Pâques 2018 (B)

    Mc 16, 1-7
    C’est la troisième fois que l’évangile nous parle de ces femmes.Prêtons attention. La première fois, c’est au moment de la crucifixion, moment choc s’il en est : « Il y avait aussi des femmes, qui regardaient de loin, et parmi elles, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé, qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée, et encore beaucoup d’autres, qui étaient montées avec lui à Jérusalem. » Beaucoup d’autres !
  • Vendredi Saint 2018

    Jn 18-19
    Le jour de la mort de Jésus est un vendredi. Pour les Juifs, ce jour, veille du sabbat, s’appelle la Parascève, la Préparation. Tous les évangélistes le rappellent. Saint Jean insiste, il le redit trois fois. Pour lui, c’est davantage que la préparation du sabbat, car « ce sabbat était un grand jour » (Jn 19,31) ; c’est aussi la « préparation de la Pâque » (Jn 19,14).
  • Dimanche des Rameaux et de la Passion

    Mc 14-15
    Nous avons entendu les deux chapitres de l’évangile qui en sont le noyau le plus ancien. Mais qu’on ne lit qu’une seule fois dans l’année, aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que ces deux chapitres mettent tout par terre. La divinité de Jésus ici semble s’effondrer.
  • 5° dimanche de Carême B

    Jn 12, 20-33
    " Nous voudrions voir Jésus " C'est le désir de quelques Grecs, nous dit l'Évangile… Des grecs, donc, pour les Juifs, des étrangers, des païens, mais des sympathisants, des hommes en recherche, montés à Jérusalem poussés par un sentiment religieux, " pour adorer "…
  • 4° Dimanche de Carême, de Laetare (B)

    Jn 3, 14-21
    Elle est étonnante, cette conversation de Jésus avec Nicodème. Il fait nuit, Nicodème vient voir Jésus en cachette. Ils parlent en symboles. Jésus parle de lui-même à la 3° personne. Il se dit la lumière et le serpent.
  • 3° Dimanche de Carême (B)

    Jn 2, 13-25
    " Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce ", une maison de trafic, bref, un tohu-bohu informe ! Jésus, premier des indignés ? Oui, lorsque la Vérité vient s'inviter dans les faux semblants et autres façades de prétendues sagesses parées apparemment de la meilleure renommée mondaine, il pourra y avoir de la casse
  • 2° Dimanche du Carême (B)

    Mc 9, 2- 10
    L'Église nous propose, tous les ans, pour le 2ème dimanche de Carême, de " monter sur la montagne ". Qu'allons-nous y faire ? Reprendre courage dans la contemplation du " Transfiguré " et y puiser la force de continuer notre route, à sa suite, vers le mystère de sa mort et de sa résurrection ?
  • 1°dimanche carême

    Gn 9,8-15 ; 1P 3,18-22 ; Mc 1,12-15
    Epreuve du désert, trop d’aridité ! Epreuve du déluge, trop d’eau ! On le sait bien, c’est la malédiction que redoute toute la planète, trop d’eau et pas assez d’eau ; plus de vie possible, la mort assurée ! La seule vie qu’on puisse envisager devient une survie, au jour le jour, heure après heure.
  • Mercredi des Cendres 2018

    Mt 6, 1-18
    Partons du refrain que nous avons entendu : « ton Père qui voit dans le secret, au plus secret ». Quel contraste, semble-t-il, avec «notre Père, qui est dans les cieux ». C’est une révélation extraordinaire que Jésus fait là à ses disciples, avec beaucoup d’insistance, non pas en passant, mais en répétant six fois que ce Père est là pas seulement vaguement pour nous, dans un pluriel trop vaste, mais pour toi, en toi, au singulier, au plus secret.
  • 6° dimanche du TO (B)

    Mc 1, 40-45
    Jésus guérit un lépreux : un miracle parmi bien d'autres dans l'Évangile, une guérison qui ne nous émeut sans doute pas beaucoup, car la lèpre est pour nous une maladie lointaine ; et puis, guérir un lépreux, apparemment, ça ne coûtait guère à Jésus : un geste, un mot 'je le veux, sois purifié', ça y est !
  • 5° dimanche du TO (B)

    Mc 1, 29-39
    Le texte de Job, en première lecture, souligne la brièveté de la vie et ses difficultés qui, parfois peuvent être écrasantes et nous faire douter de Dieu. Le texte de St Paul, en deuxième lecture, parle de l'annonce, l'annonce de l'évangile qui s'impose à lui comme une nécessité absolue et pour laquelle il sait se faire tout à tous, et n'attend aucune récompense, aucun avantage matériel.
  • 4° dimanche du TO (B)

    Mc 1, 21-28
    « Jésus enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. » L'autorité de l'enseignement de Jésus se révèle différente des scribes. En effet, le verset cité à l’instant le signifie. L'autorité des scribes est acceptée et reconnue en vertu d'une tradition qui forme à acquérir une expertise dans l'interprétation de la Loi.
  • 3° dimanche du TO (B)

    Mc 1, 14-20
    Avez-vous remarqué que les lectures de ce dimanche nous parlent du temps : « Le temps passe… Le temps est limité… » dit saint Paul ; « Les temps sont accomplis, le Règne de Dieu est tout proche… » dit Jésus ; et puis il y a cet adverbe de temps qui revient comme un refrain : « Aussitôt… »
  • 2° dimanche du TO (B)

    Jn 1, 35-42
    Je vais vous poser une question, la même que Jésus pose à ses disciples, et qui est la première parole venant de lui dans l’évangile de Jean ; une question déterminante pour la suite de tout le récit :
  • L'Épiphanie du Seigneur (B)

    Mt 2, 1-12
    Vous savez ce que signifie en français l'expression : "être à côté de la plaque". "Etre à côté de la plaque" c’est ne pas être exactement là où il faut être, ne pas comprendre exactement ce qu’il faut comprendre. Alors, on peut être un peu à côté de la plaque ou complètement à côté de la plaque.
  • Sainte Marie, Mère de Dieu (B)

    Lc 2, 16-21
    Dans la nuit de Noël, nous n’avions entendu que l’annonce faite aux bergers par les anges. Nous en étions restés là : au chant des anges. Nous n’étions pas allé avec les bergers jusqu’à la crèche. En ce jour Octave de Noël, nous arrivons,