Homélies 2017

  • La Sainte Famille (B)

    Lc 2, 22-40
    Une des questions les plus importantes et les plus profondes que nous nous posons durant notre vie est la question du sens de notre vie. Quelle est sens de ma vie ? Qu’est-ce que j’ai fait de ma vie ? Est-ce qu’elle a une valeur ? Est-ce que cela vaut la peine de vivre ? Regardons comment répondent à cette question les personnages des trois lectures de notre liturgie.
  • Jour de Noël

    Jn 1, 1-18
    Frères et sœurs, vous connaissez bien l’expression de Karl Marx, devenue une sorte de lieu commun dans la bouche de nos frères incroyants ou moins croyants : la religion, c’est l’« opium du peuple » !
  • Nuit de Noël

    Lc 2, 1-14
    Frères et sœurs, vous l’avez entendu, l’évangile se termine sur un message très solennel proclamé par une troupe innombrable d’anges venus du ciel, c’est le message de Noël qui nous est adressé et auquel nous devons porter grande attention : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime ! »
  • 4° Dimanche de l'Avent (B)

    Lc 1, 26-38
    « Car rien n'est impossible à Dieu », même de passer sans transition de la conception à la naissance. Oui, en cette veille de la Nativité de Jésus, voilà que nous écoutons l'évangile de l'Annonciation, déjà lu cette semaine, ce mois-ci le 8 décembre, et plus tôt encore, le 25 mars.
  • 3° Dimanche de l'Avent, de Gaudete (B)

    Jn 1, 6-8.19-28
    « Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. » Jean le Baptiste est « la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur. » Il déclare ouvertement devant les prêtres et les lévites : « Je ne suis pas le Christ. Je ne suis pas Élie. Il n’est pas non plus le prophète annoncé. En revanche, Jean est celui qui annonce Celui qui vient.
  • 2° Dimanche de l'Avent (B)

    Mc 1, 1-8
    Cette première page de l'évangile mérite toute notre attention, car – ainsi que s. Marc nous en avertit – ici commence la bonne nouvelle. Et cette bonne nouvelle ne se fait pas attendre, elle nous est annoncée tout de suite et tout entière, elle tient en un seul mot : Jésus Christ. Ici commence la bonne nouvelle : Jésus Christ.
  • 1° Dimanche de l'Avent

    Mc 13,33-37
    Frères et sœurs, permettez-moi de prolonger notre lecture de l’évangile d’un demi-verset. Un demi-verset seulement qui doit bouleverser notre compréhension de cet évangile, et aussi notre sentiment d’être là, paisiblement, au début de l’année liturgique, au commencement.
  • Christ Roi de l'Univers

    Mt 25, 31-46
    Quel dommage ! Vraiment quel dommage qu’aucun artiste n’ait mis en musique cet Évangile dans un oratorio ; pas simplement le thème du jugement dernier, mais cet Évangile lui-même. Quelle merveille musicale aurait pu produire Haendel, Verdi, Duruflé ou Messiaen avec cette page de saint Matthieu, si musicale dans son écriture même.
  • 33° dimanche du TO (A)

    Mt 25, 14-30
    Encore une histoire d’argent ! Il faut avouer que lorsque Jésus nous parle en parabole, il n’est pas rare que les images soient tirées du monde économique. Peut-être parce que les histoires d’argent sont, pour nombre d’entre nous, assez facilement compréhensibles, et que l’on est rarement tout à fait désintéressé…
  • 32° dimanche du TO (A)

    Mt 25, 1-13
    Frères et sœurs, alors que nous sommes tout proches du terme de l’année liturgique, l’Eglise nous conduit aujourd’hui à réfléchir sur le retour du Christ, la fin de l’Histoire, à la fin des temps.
  • 31° dimanche du TO (A)

    Mt 23, 1-12
    On raconte l’histoire d’un rabbin très âgé et malade, allongé dans son lit, entouré par ses disciples. Ses disciples parlent entre eux, à voix basse, pour ne pas déranger le malade. Ils rappellent les vertus de leur maître. Le rabbin entend des morceaux de conversation : « Depuis Salomon, la terre n’a pas vu un homme aussi sage…
  • Défunts 2 novembre 2017

    Ap 20,11-21,1 ; Lc 23, 35-43
    Comment concilier ces deux visions, celle de l'Apocalypse, et celle du Bon larron ? Qu’en sera-t-il pour nous, pour nos défunts ? « Jugés selon nos actes » ? Ou bien traités comme le larron, en ouvriers de la dernière minute, avec déjà en main la pièce unique du bon salaire promis à tous, passeport pour le paradis, véritable provocation pour tous les tâcherons de la vertu ?
  • Toussaint 2017

    Mt 5, 1-12a
    Qui sont tous les saints que célèbre la fête de ce jour, que recouvre ce « tous » ? Ce ne sont pas seulement les saints du calendrier, mais ce ne sont pas non plus tous les défunts ! Alors, est-ce que cela nous concerne, nous, aujourd’hui, ou non ?
  • 30° dimanche du TO (A)

    Mt 22, 34-40
    Frères et sœurs, vous le savez comme moi, le verbe « aimer », dans notre société de consommation, ne veut plus rien dire, c’est un mot fourre-tout, une sorte de sac à main que l’on trimbale sur soi en permanence, et dans lequel on met n’importe quoi.
  • 29° Dimanchedu TO (A)

    Mt 22, 15-21
    « Tu ne tueras pas », quand on voit, comment dans son histoire que ce soit pour la défense de la Foi, pour l'évangélisation ou pour des raisons politiques, l'Eglise a interprété ce commandement en ordonnant non seulement les guerres saintes, la mort mais aussi les tortures (inquisition), on ne peut que s'interroger sur la bonne interprétation des paroles de Dieu et n'être que très humble dans l'affirmation de ce qu'a dit ou n'a pas dit Jésus.
  • 28° dimanche du TO (A)

    Mt 22, 1-14
    Un roi célèbre les noces de son fils et envoie des serviteurs pour appeler à la noce des invités. Certains dédaignent cette invitation, d’autres en viennent à maltraiter, à tuer les serviteurs. Puis, tous finissent par subir la colère du roi. En effet, « Le repas de noce est prêt mais les invités n’en étaient pas dignes 
  • 27° dimanche du TO (A)

    Mt 21, 33-43
    En passant, comme nous venons de le faire, de la lecture d'Isaïe à celle de l'Évangile, on perçoit tout ce que le Nouveau Testament ajoute à l'Ancien, en nous dévoilant jusqu'où peut aller l'amour de Dieu pour nous.
  • 26° dimanche du TO (A)

    Mt 21, 28-32
    Une fois n’est pas coutume. Je voudrais vous parler à partir des 3 prières que la liturgie de ce dimanche met sur nos lèvres ; elles me semblent la clé pour comprendre la parole de Jésus, dans l’Évangile : "Amen ! je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu".
  • 25° dimanche du TO (A)

    Mt 20, 1-16
    On a coutume de dire aux enfants que la jalousie est un « vilain défaut », comme si nous, les adultes, nous étions sortis d’affaire.
  • Dédicace de l'église 23 septembre

    Lc 19, 1-10
    Le symbolisme qui habite la fête de la Dédicace est immense, gigantesque. Et la question que pose cette fête est une des plus difficiles qui soient. Cette question, la lecture des Actes, par la bouche d’Etienne, le premier martyr, l’exprime très crûment.
  • 24° dimanche du TO (A)

    Mt 18, 21-35
    La question abordée par l’Évangile de ce jour, la question du pardon et de la faute, est si délicate et essentielle, qu’il ne s’agit pas pour moi qui vous parle ce matin de « faire la leçon » ou de prendre des exemples lointains et abstraits pour encourager au pardon. Mais il faut essayer de voir la nature de ce qui est blessé en moi et qui appel, ou non, un pardon.
  • 23° dimanche du TO (A)

    Mt 18, 15-20
    Quand deux ou trois sont réunis en mon Nom, Je Suis au milieu d'eux. Voilà bien une petite phrase de Jésus qui est loin d'être anodine bien qu'elle puisse sembler évidente pour certains ou beaucoup moins aller de soi pour d'autres qui pourront penser non sans raison que Jésus est bien présent au cœur de nos solitudes.
  • 22° dimanche du TO (A)

    Mt 16, 21-27
    Il y a dans nos vies des choses très personnelles, des événements, des situations, des secrets, dont nous ne parlons pas facilement à n’importe qui. Nous réfléchissons beaucoup avant si nous pouvons faire confiance à telle ou telle personne, et si oui, comment le dire ; nous voulons éviter la déception.
  • 21° dimanche du TO (A)

    Mt 16, 13-20
    Qui est Jésus ? Les hésitations de ses contemporains – Élie, Jérémie, Jean-Baptiste ? – manifestent bien le mystère qui entourait cet homme. Qui est Jésus ? Dans les évangiles, on n'entend jamais Jésus dire lui-même qui il est. Cette question ne pourra être résolue qu'en passant par la foi en sa résurrection.
  • 20° dimanche du TO (A)

    Mt 15, 21-28
    Etonnante et sympathique cette étrangère de la région de Tyr et de Sidon qui s'adresse à Jésus et obtient gain de cause, toute cananéenne soit-elle! Etonnantes ces paroles de Jésus quand ses disciples lui parlent d'elle,
  • Assomption de la Vierge Marie (A)

    Lc 1, 39-56
    En cette fête de l’Assomption de la Vierge Marie, toutes nos lectures sont tirées du Nouveau Testament, car c’est une fête qui annonce une grande nouveauté. Les deux premières parlent de la fin du monde, et même d’après la fin, du plus nouveau du nouveau.
  • 19° dimanche du TO (A)

    Mt 14, 22-33
    Frères et sœurs, il y a des moments où nous sommes tentés, éprouvés dans notre confiance en Dieu, comme séparés de lui. Jésus est loin de nous, à l’écart. Il part dans la montagne pour prier et il nous laisse seuls dans la barque, qui est une image de l’Eglise.
  • Transfiguration du Seigneur

    Mt 17, 1-9
    Jésus gravit une haute montagne. Il monte à la rencontre du Très-Haut. Le Fils monte, là où réside la gloire cachée du Père qui va bientôt se révéler à Pierre, Jacques et Jean.
  • 17° dimanche du TO (A)

    Mt 13, 44-52
    Depuis fin mai, une nouvelle autoroute traverse Montpellier. Elle est quasiment parallèle à l’autoroute pré-existante, mais il n’y a aucune entrée ni sortie vers la ville. Vous traversez Montpellier sans être tentés de vous y arrêter. Ce n’est pas une autoroute de contournement : c’est une traversée de la ville comme dans un couloir étanche.
  • 16° dimanche du TO (A)

    Mt 13, 24-43
    Qui de nous, ici, s’il est tant soit peu lucide sur lui-même, ne reconnaît pas, devant Dieu, sa faiblesse. Saint Paul nous disait, il y a un instant : « L’Esprit saint vient au secours de notre faiblesse… ». Dans la première lecture, le livre de la Sagesse, quant à lui, parle de la force de Dieu : le mot revient au moins 3 fois avec celui de « domination », de « puissance ».
  • 15° dimanche du TO (A)

    Mt 13, 1-23
    Le commencement de l’Évangile de ce jour est bien à propos pour un temps de vacances : un lac, un rivage, une barque. On est un peu à Saint-Ferréol… Pourtant, malgré le contexte maritime, Jésus nous entraîne ailleurs et nous parle de semailles et donc de campagne plutôt que de mer, de travail plus que de repos.
  • St Benoît 11 juillet 2017

    Pr 2, 1-9; Rm 12, 3-13
    La liturgie de la fête de saint Benoît souligne à plusieurs reprises ce que signifie ce nom. Benoît signifie « Béni », bénédiction ! Alors je voudrais essayer de dire ce que la bénédiction représente dans une vie de bénédictin.
  • 14° dimanche du TO (A)

    Mt 11, 25-30
    En ce dimanche d'été, voilà que les lectures sont plutôt réconfortantes, joyeuses, pleines d'espérance. "Pousse des cris de joie fille de Sion car il vient à toi, ton roi", lisons-nous avec le prophète Zacharie et saint Paul au Romains de nous dire que nous devons vivre grâce à l'Esprit qui habite en nos cœurs.
  • 13° dimanche du TO (A)

    Mt 10, 37-42
    La plupart d’entre nous aiment le dimanche. C’est un jour du repos, du jardinage, un jour où on peut faire du sport, voir un film, visiter sa famille, passer un temps agréable ensemble. En général on se lève plus tard, on se dit : « aujourd’hui je vais faire quelque chose que j’aime bien
  • Nativité de Saint Jean Baptiste

    Lc 1, 57-66.80
    La figure de saint Jean-Baptiste, dont nous fêtons aujourd’hui la naissance, est souvent associée à la préparation, à l’avènement du Royaume de Dieu instauré par le Christ. Il y a comme quelque chose en germe, dans l’ombre, qui se dessine dans le projet divin. Dès le sein de sa mère, Jean est choisi pour préparer le chemin du Seigneur, égaliser ses sentiers.
  • 12° dimanche du TO (A)

    Mt 10, 26-33
    "Ne craignez pas... soyez sans crainte" : Jésus cherche à rassurer des gens qui ont peur. Peur de quoi ? Peur d'afficher leur foi, de manifester leur attachement au Christ, de "se déclarer pour lui devant les hommes".
  • Sacré-Cœur vendredi 23 juin 2017

    Dt 7,6-11 ; 1Jn 4,7-16 ; Mt 11, 25-30
    Jésus vient de nous redire la béatitude des tout-petits. Quel est le privilège du petit ? Un privilège qu’on peut longtemps ignorer, négliger, nier même, mais qui se révèle au dernier moment, à l’approche du danger : le privilège du passage. Le petit passe là où le gros et le grand restent coincés.
  • Saint-Sacrement

    Jn 6, 51-58
    Dimanche dernier, pour la fête de la Ste Trinité, nous avons trois lectures brèves et, apparemment pauvres, pour illustrer ce grand mystère. Elles n'en donnaient pas moins, la clé pour entrer dans ce mystère insondable, avec la magnifique et célèbre phrase de St Jean : Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné ( jusqu'à donné) son fils unique.
  • Sainte Trinité (A)

    Jn 3, 16-18
    Faut-il vraiment parler de la sainte Trinité, du Dieu trois fois Saint, du Mystère ineffable qu’il est en lui-même, dans son unicité et sa pluralité ? Bien sûr, puisque le Fils de Dieu s’est révélé à nous dans la chair, parce qu’il s’est fait homme, nous pouvons et nous devons mettre des mots sur cette réalité qu’il est venu nous manifester. Pourtan
  • Pentecôte (A) 4 juin 2017

    Jn 20, 19-23
    Nous sommes au soir de Pâques et Jésus dit aux disciples : « Recevez l’Esprit Saint. » Alors la Pentecôte a lieu au soir de Pâques !? Pourquoi l’Eglise met-elle cinquante jours entre les deux ?
  • 7° DIMANCHE DE PÂQUES (A)

    Jn 17, 1-11a
    Les onze premiers versets du chapitre 17 de l'évangile de Jean sont ceux qui ouvrent la prière de Jésus pour ses disciples. Il y est question du Père, du Fils, de glorification, de pouvoir sur toute chair, de la vie éternelle, de connaissance, de nom manifesté aux hommes et j'en passe.
  • Ascension 2017

    Mt 28, 16-20
    Inutile que Jésus s’élève dans le ciel, si je reste un rat ou un lézard rampant sur la terre. Spirituellement, il nous est proposé de vivre une ascension, un décollage, de prendre de la hauteur au quotidien par rapport aux rats et aux lézards que parfois nous voudrions rester, confortablement.
  • 6° Dimanche de Pâques (A)

    Jn 14, 15-21
    Mes frères, il y a dans notre assemblée beaucoup de gens qui ont été confirmés il y a de nombreuses années, quelques-uns s’y préparent pour le jour de la Pentecôte, et je vous propose à tous, les anciens comme les plus jeunes, de vous poser cette question : si je n’étais pas confirmé, aujourd’hui est-ce que je demanderais la confirmation et pourquoi pour quelle raison ?
  • 5° Dimanche de Pâques (A)

    Jn 14, 1-12
    Un samedi soir à Bologne : 350 000 jeunes autour d’un immense podium illuminé. Au programme, les plus grands noms des variétés italiennes – de l’époque – : Adriano Celentano, Lucio Dalla, Gianni Morandi et – cerise sur le gâteau – Bob Dylan. Près du podium, un vieil homme, assis dans un grand fauteuil, qui tapote de la main au rythme de la musique.
  • 4° Dimanche de Pâques (A)

    Jn 10, 1-10
    Cette image du pasteur et du troupeau fait choc en ce dimanche de second tour d’élection présidentielle. Il s’agit aujourd’hui pour les françaises et les français de choisir quelqu’un qui sera à la tête de l’État pendant les cinq prochaines années. Allons-nous élire une manière de berger ?
  • 3° Dimanche de Pâques (A)

    Lc 24, 13-35
    Cette aventure de deux disciples de Jésus le soir de Pâques, nous sommes en train de la revivre ici. Comme eux nous relisons les Écritures qui nous parlent de lui, comme eux nous l'entendons nous parler lui-même, et comme il l'a fait pour eux il va rompre pour nous le pain.
  • 2° Dimanche de Pâques (A)

    Jn 20, 19-31
    Ce passage d’Evangile me fait penser à cette réflexion entendue lorsque j’étais enfant au catéchisme, que ce qui fait le plus souffrir Dieu, c’est de croire qu’il ne nous aime pas, c’est de douter de son amour et de sa miséricorde. Mais aujourd’hui, en ce dimanche de la miséricorde, plutôt que de retenir cet aspect d’incrédulité...
  • Jour de Pâques 2017

    Jn 20, 1-9
    Ce matin, jour de Pâques, il n’y a pas d’apparition pascale, pas d’apparition de Jésus ressuscité. Comme dans le plus ancien des évangiles, l’évangile de Marc ! Ceci nous dit avec force que la condition du chrétien d’aujourd’hui n’est pas fondamentalement différente de celle des disciples au lendemain de la Passion : nous ne sommes pas « défavorisés ».
  • Nuit de Pâques 2017

    Mt 28, 1-10
    Frères et sœurs, voici venu pour nous, les disciples, le temps de vivre et de célébrer la Résurrection, ce mystère sans lequel notre foi est vaine et vide, sans lequel tout reste au tapis, ruiné, effondré. Car nous avons été témoins et acteurs impuissants d’une faillite totale.
  • Vendredi saint 2017

    La Passion selon saint Jean
    Cet évangile reste aujourd’hui une pierre d’achoppement dans le dialogue avec nos frères Juifs. Plus que les autres évangélistes, saint Jean a durci les positions : il ne cesse de marteler « les Juifs » comme un bloc homogène, tout d’un tenant. Pourquoi ?
  • Jeudi saint 2017

    Ex 12,1…14; 1Co 11, 23-26; Jn 13, 1-15
    J’entends dire et je sais bien que l’eucharistie est difficile à comprendre pour ceux qui ne sont pas initiés. En fait, il en a toujours été ainsi : l’eucharistie n’est accessible qu’aux baptisés, et les baptisés devaient être préalablement initiés, longuement initiés… Qu’est-ce qui rend la célébration difficile à comprendre aujourd’hui ?
  • Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur (A)

    Mt 26, 14 – 27, 66
    Pourquoi un si long évangile ? N’aurait-il pas suffi de lire un seul des temps forts de la Passion, une année l’arrestation, une année le procès, une année la crucifixion ? Remarquons que tout le reste de l’année, il est très rare que la liturgie nous propose des extraits, des passages de ce long récit de la Passion ; c’est tout ou rien. Pourquoi ?
  • 5° Dimanche de Carême (A)

    Jn 11, 1-45
    « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. » Il y avait une grande attente, un grand espoir de leur part, et c’est la déception. Jésus déçoit. Dieu peut nous décevoir dans nos attentes. Ou, peut-être, ce sont nos attentes qui nous déçoivent par rapport à Dieu parce qu’elles sont inadéquates ?
  • 4° Dimanche de Car^me (A)

    Jn 9, 1-41
    Voilà un long et beau texte, plein de choses importantes (la responsabilité, le courage de la vérité, la force de dire ‘c’est moi, c’est moi qui suis témoin de Jésus aujourd’hui) et cependant ce n’est pas sur l’ensemble de ce beau texte que je veux attirer votre attention, c’est sur un détail important, important parce que il revient trois fois.
  • 3° Dimanche de Carême (A)

    Jn 4, 5-42
    Un puits, celui de Jacob, celui qui apaise la soif, celui du baiser de Jacob à Rachel il y a très longtemps (Gn 29, 11), celui aujourd'hui d'une autre rencontre. Une femme, une samaritaine vient puiser à ce puits. Un homme, un juif demande de l'eau à cette femme. Tout les sépare : le sexe, la religion, la géographie, l'histoire
  • 2° Dimanche de Carême (A)

    Mt 17, 1-9
    La deuxième étape de notre route vers Pâques nous emmène sur la montagne où Jésus est transfiguré : c’est un autre visage de lui qui apparaît à ses disciples : Pierre, Jacques et Jean. En quoi cela rejoint-il notre expérience ?
  • 1° Dimanche de Carême (A)

    Mt 4, 1-11
    La condition humaine est une condition éprouvante, c’est une épreuve, un lieu de tentations, c’est-à-dire de choix multiples où mon désir est impliqué. On peut le dire encore autrement : la condition humaine est le lieu d’une LIBERTE, et cette liberté se découvre en s’éprouvant.
  • Mercredi des Cendres

    Mt 6, 1-6.16-18
    La pureté du cœur ne se voit pas, et ne peut pas se donner à voir. La pureté du cœur échappe totalement au pouvoir humain qui voudrait la manifester : montrer la pureté est une tâche impossible, une entreprise ratée d’avance parce qu’en faisant cela, on ne peut manquer de faire soi-même écran à la pureté.
  • 8° dimanche du TO (A)

    Mt 6, 24-34
    "Pas de souci !" C’est une expression à la mode depuis quelques années, qui signifie en réalité : « pas de problème ! ». Mais, puisque le mot même de « problème » pose problème, on le remplace par un autre. « Pardon, j’ai fait quelque chose qu’il ne fallait pas ». « Pas de souci ! », répond l’interlocuteur…
  • 7° dimanche du TO (A)

    Mt 5, 38-48
    L’Évangile est réaliste ; il ne dit pas : n’ayez pas d’ennemi – car nous n’y pouvons rien, nous en avons, même dans les communautés chrétiennes –. Cet Évangile nous dit : aimez vos ennemis.
  • 6° dimanche du TO (A)

    Mt 5, 17-37
    Pas très amusant comme évangile ce dimanche… Qu’est-ce qui lui prend à Jésus de se mettre dans la peau d’un docteur de la loi en nous assénant des préceptes ?
  • 5° dimanche du TO (A)

    Mt 5, 13-16
    Sel de la terre et lumière du monde, vraiment ? Hé bien vous ne vous prenez pas pour n'importe qui ! A la lecture de cette page d’Évangile m'est en effet revenu à l'esprit cette réflexion d'une personne pas forcément emplie de bienveillance à l'égard des Chrétiens mais qui avait passablement été agacé par les membres d'un groupe de prière qui en pleine rue, il y a de nombreuses années, entendaient témoigner de leur foi et lisaient justement ce passage d’Évangile.
  • 4° dimanche du TO (A)

    Mt 5, 1-12a
    « Heureux les pauvres, le Royaume des Cieux est à eux ! ». Voilà le discours-programme de Jésus au début de sa campagne… Bientôt nous allons rentrer dans une campagne électorale, nous aussi, vous voyez quelqu’un qui dira ça ? Les pauvres, c’est un scandale !
  • 3° dimanche du TO (A)

    Mt 4, 12-23
    Le Seigneur veut la joie, la sienne pour nous et la Parole de Dieu en ce dimanche nous dit qu’il y a un lien entre la joie et la lumière. Les hommes savent bien cela : dans le rues de nos villages et de nos villes, au moment des fêtes, il y a de la lumière partout et on allume des sapins de Noël, on met de la lumière dans les crèches… Pourquoi ce lien entre la lumière et la joie ?
  • 2° dimanche du TO (A)

    Jn 1, 29-34
    Ce passage de l'évangile de Jean est composé comme une catéchèse sur la personne du Christ, première catéchèse d’une semaine qui se terminera par les Noces de Cana : l’alliance enfin visible entre Dieu et son peuple.
  • L'Épiphanie du Seigneur (A)

    Mt 2, 1-12
    Notre insatisfaction, ce manque, cette aspiration vers quelque chose d’autre c’est notre petite étoile, une étoile qui peut nous guider vers le Christ, qui peut provoquer notre rencontre plus proche avec lui. Le manque peut finalement devenir une chance.
  • 1° janvier 2017 Marie Mère de Dieu

    Lc 2, 16-21
    En cette journée de prière pour la paix, nous essayons d’ouvrir les yeux sur le monde d’aujourd’hui. Et c’est un monde de violence. Telle est la représentation commune que nous en avons : un monde déchiré par la violence, que ce soit le carnage ponctuel de Berlin ou celui, indéfiniment répété, d’Alep, de Mossoul et d’ailleurs.