Homélies 2013

  • La Sainte Famille

    Mt 2, 13-15.19-23
    Voilà un passage d’Evangile dans lequel Jésus et Marie ne sont pas appelés par leur nom mais quatre fois par l’expression « l’enfant et sa mère » alors que Joseph est bien nommé quatre fois par son nom sans qu’il soit cependant nommé père alors qu’il semble bien en assumer toutes les responsabilités.
  • Jour de Noël

    Prologue de saint Jean
    Deux messes pour Noël, celle de la nuit, celle du jour, très différentes, par leurs lectures, leurs chants, leur climat. Quelle est la grâce propre de la messe du jour de Noël ?
  • Nuit de Noël 25 décembre

    Lc 2,1-14
    Deux fois par an, l’Eglise invite solennellement tous les chrétiens à venir prier et célébrer le Seigneur au milieu de la NUIT. Deux fois par an, pour les deux plus grandes fêtes de l’année chrétienne : Noël et Pâques. Pourquoi ?
  • 4° Dimanche de l'Avent (A)

    Mt 1, 18-24
    Frères et sœurs, on pourrait penser que cette histoire bien connue ressemble à celle de nos familles. « Encore un couple à la dérive, que Dieu ramène à bon port », pourrions-nous dire. Une histoire compliquée, en somme. Avec un couple un peu spécial tout de même !
  • 3° Dimanche de l'Avent (A), de Gaudete

    Mt 11, 2-11
    Celui qui annonçait la venue du Messie, qui a reconnu en Jésus l’Agneau de Dieu, qui l’a baptisé, qui témoignait de la légitimité de sa mission, reste maintenant perplexe, angoissé et frustré vis-à-vis de Jésus. Emprisonné, traversé par des doutes, par l’incertitude, il se demande si ce à quoi il a consacré toute sa vie, sa mission d’annoncer le Messie, a eu un sens.
  • 2° Dimanche de l'Avent

    Mt 3, 1-12
    En ces jours-là, un cri retentit dans le désert de Judée. Un homme surgit depuis les temps anciens, depuis les temps prophétiques. Et aujourd’hui, sa voix proclame jusque dans le désert de notre cœur : « Convertissez-vous. »
  • 1° Dimanche de l'Avent

    Mt 24, 37-44
    L’image du cambriolage que prend Jésus est celle de voleurs qui font des trous dans les murs de la maison, car les maisons de ce temps-là sont pour la plupart en terre, en torchis. Eh bien, la cervelle des gens qui rêvent leur vie devient une passoire
  • Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l'Univers

    Lc 23, 35-43
    La Foi de l’Eglise nous donne à voir, dans ce crucifié, dont les chefs des prêtres ricanent et dont les soldats se moquent, le Christ Roi de l’univers, que nous fêtons aujourd’hui. On ne ricane pas d’un roi, sinon peut être dans son dos ou en aparté ; on ne se moque pas d’un roi, cela peut coûter cher. Où est donc le Seigneur de Gloire ?
  • 33° dimanche du TO (C)

    Lc 21, 5-19
    Nous venons d’entendre ce passage extrait du chapitre 21 de saint Luc, c’est-à-dire quinze versets sur trente-deux qui parlent des derniers temps. Il est intéressant de le replacer dans son contexte, sachant que tout ce chapitre est lu dans la liturgie de la dernière semaine avant l’Avent.
  • 32° dimanche du TO (C)

    Lc 20, 27-38
    Cet Evangile comporte un piège, celui de s’arrêter à cette femme aux sept maris qui peut faire sourire et de passer complètement à côté de la grande lumière que Jésus nous apporte par sa parole pour chacune de nos vies, pour éclairer aussi la réalité de l’époque que nous vivons, la réalité du temps que nous vivons.
  • 31° dimanche du TO (C)

    Lc 19, 1-10
    Il était une fois un homme politique qui avait planqué une partie de sa fortune dans un pays voisin, très hospitalier pour ce genre de choses. Comme il était ministre du Budget, l’affaire fit grand bruit, et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’opinion publique ne le portait pas dans son cœur.
  • Le 2 novembre les Défunts

    1Th 4,13-14.17d-18 ; Lc 2,25-32.36-38
    « Maintenant, Seigneur, tu peux laisser s’en aller ton serviteur, dans la paix, selon ta parole. » C’est la prière chrétienne du soir qui tombe, de la nuit qui vient, et de la mort qui s’approche. C’est, pour les vivants, une extraordinaire parole de paix. Non pas le récit d’un coup de déprime mais un heureux « lâcher-prise », comme on dirait aujourd’hui ; personne ne propose à Syméon un tranxène ou un whisky. Il est heureux.
  • Toussaint 1° novembre

    Mt 5 les Béatitudes
    La sainteté commune ne respire pas le bonheur ; la sainteté nous paraît même exiger quelque chose comme un renoncement au bonheur. Alors, problème ! Sainteté et bonheur seraient inconciliables ?
  • 30° dimanche du TO (C)

    Lc 18, 9-14
    Voilà deux hommes : le premier, un pratiquant comme vous et moi, des gens bien, des gens bien-pensants, et le deuxième, non pratiquant, politiquement douteux, il va à la messe pour les enterrements, pour les mariages, de temps en temps…
  • 29° dimanche du TO (C)

    Lc 18, 1-8
    Dans l’Évangile d’aujourd’hui nous sommes les témoins d’une sorte de jeu psychologique entre les deux personnes : un juge et une veuve. Cette dernière vient sans cesse supplier le juge de lui rendre justice. Mais elle ne l’obtient pas toute de suite.
  • 28° dimanche du TO (C)

    Lc 17, 11-19
    « Jésus, maître, aie pitié de nous ». Quelle force, Quelle injonction formidable, interpellation vitale « Jésus, maître, aie pitié de nous ». Cette prière claque comme un coup de tonnerre. C’est le cri d’une communauté de lépreux : « Aie pitié de nous. » C’est le cri d’une communauté de pécheurs.
  • 27° dimanche du TO (C)

    Lc 17, 5-10
    Frères et sœurs, rassurez-vous, même le grand saint Augustin a eu du mal à voir une suite logique dans ce passage, entre des éléments assez disparates et incohérents. Et puis, pour nous aujourd’hui, cet adjectif « quelconques », pour qualifier les serviteurs que nous sommes, nous laisse perplexes !
  • 26° dimanche du TO (C)

    Lc 16, 19-31
    Jésus nous conte aujourd’hui l’histoire de deux hommes qui meurent et se retrouvent de « l’autre côté », dans « l’au-delà ». Deux morts, mais dans des conditions de décès extrêmement différentes.
  • 25° dimanche du TO (C)

    Lc 16, 1-12
    Les lectures de ce dimanche sembleraient bien adaptées à notre temps présent qu’il ne faudrait évidemment pas systématiquement noircir. Nous y voyons ainsi le prophète Amos rugir véritablement contre d’insupportables injustices...
  • 24° dimanche du TO (C)

    Lc 15, 1-32
    Trois paraboles, qui parlent toutes les trois de ce qui était perdu et qui est retrouvé. Trois images, une brebis, une pièce d’argent, un fils, avec lesquelles Jésus conjugue le verbe perdre et le verbe retrouver
  • 23° dimanche du TO (C)

    Lc 14,25-33
    Pour une fois, si nous partions de la seconde lecture, la lettre de saint Paul à Philémon, à propos d’Onésime ? C’est un écrit très court, le plus court des écrits de Paul, un billet plutôt qu’une lettre, un message, un mail… mais son importance est considérable. Dans l’histoire des hommes, il a été et il reste de la dynamite.
  • 22° dimanche du TO (C)

    Lc 14, 1a.7-14
    Aujourd’hui Jésus nous invite à nous décontracter, à laisser tomber la mauvaise rivalité, à nous libérer de l’angoisse. Il nous invite à respirer, à vivre.
  • 21° dimanche du TO (C)

    Lc 13, 22-30
    Jésus monte vers Jérusalem. Résolument, il monte vers sa Passion. Quelqu’un surgit alors pour lui poser cette question redoutable : « N’y aura-t-il que peu de gens qui seront sauvés ? » Peu, beaucoup, tous, personne ?
  • 20° dimanche du TO (C)

    Lc 12, 49-53
    Voilà un passage d’évangile bien surprenant ! Nous sommes tellement habitués à entendre Jésus parler de paix, d’harmonie, de réconciliation… Ici, le « doux Jésus » se montre impatient, prêchant la division dans les familles.
  • Assomption 15 août

    Lc 1,39-56
    Pour fêter Marie enlevée au ciel, les liturgistes romains, parmi les meilleurs connaisseurs de la Bible, n’ont trouvé dans l’Evangile aucun texte qui raconte cet événement de près ou de loin, ou même qui l’annonce.
  • 19° dimanche du TO (C)

    Lc 12, 32-48
    Deux fois dans ce texte il est dit : « Restez en tenue de service ! Attendez ! », attendez un absent. Attendez, non pas comme on attend l’autobus ou comme on attend que le temps passe ou qu’on attend je ne sais quoi encore, non, attendre c’est une façon d’être présent, être présent à un absent.
  • 18° dimanche du TO (C)

    Lc 12, 13-21
    Ce refus de Jésus d’intervenir en faveur de la justice surprend toujours un peu… On comprend la démarche d’un homme frustré au moment du partage de l’héritage dans un contexte social de droit d’aînesse où l’aîné accaparait tout l’héritage…
  • 17° dimanche du TO (C)

    Lc 11, 1-13
    C’est un prodige – c’est inouï – c’est une formidable Bonne Nouvelle – c’est proprement renversant – jamais on n’avait vu cela !
  • 16° dimanche du TO (C)

    Lc 10, 38-42
    Quand Dieu veut s’approcher des hommes sans leur faire peur, quand il veut entrer dans leur vie comme de plain pied, il vient volontiers se mettre à leur table, il se fait inviter à déjeuner.
  • 15° dimanche du TO (C)

    Lc 10, 25-37
    Une lecture trop rapide de cet évangile pourrait faire penser que le prochain à aimer est bien ce pauvre blessé au bord de la route, sur le bas-côté de la vie.
  • Saint Benoît

    11 juillet 2013
    Les trois lectures de cette messe ont beaucoup à nous dire tant sur la vie communautaire que sur les choix et les décisions personnelles de chacun.
  • 14° dimanche du TO (C)

    Lc 10, 1-12.17-20
    L’Évangile de ce jour nous montre Jésus envoyant 72 disciples en avant de lui, vers les villages qu’il devait traverser. Et nous avons la chance de recueillir les paroles qu’il prononce au départ et au retour, les recommandations pour la mission et l’action de grâce pour les fruits de cette mission.
  • 13° dimanche du TO (C)

    Lc 9, 51-62
    L’exemple de Jésus comme la comparaison de la charrue nous invitent à méditer sur le courage, la détermination.
  • 12° dimanche du TO (C)

    Lc 9, 18-24
    Comme pour la plupart de passages de l'évangile proclamés dans la liturgie, il est éclairant de restituer celui d'aujourd'hui dans son contexte.
  • 11° dimanche du TO (C)

    Lc 7, 36-50; 8, 1-3
    Frères et Sœurs, cet Evangile se donne à voir. Pas seulement à lire, à comprendre avec la tête, mais à voir et à entendre. En un mot à éprouver par tout nous-mêmes.
  • 10° dimanche du TO (C)

    Lc 7, 11-17
    Nous venons d’acclamer la Parole de Dieu : à vrai dire, nous avons eu peu de paroles dans cette page, mais tout est parole de Dieu dans l’Évangile, même quand il nous invite à regarder autant qu’à écouter.
  • Sacré-Coeur, le 7 juin 2013

    Profession du frère Jean-Baptiste
    D’abord une brebis sur cent : un pour cent. Puis une drachme sur dix : dix pour cent. Enfin un fils contre un autre fils, un sur deux : cinquante pour cent. A moins que…
  • Le Saint Sacrement

    Lc 9, 11b-17
    Cinq pains et deux poissons pour un peu plus de cinq mille personnes : selon notre manière de calculer, quand nous faisons notre budget, c'est impossible ! On ne nourrit pas cinq mille personnes avec cinq pains et deux poissons.
  • Sainte Trinité

    Jn 16, 12-15
    Pour certains, les lectures si denses de ce dimanche pourraient ne pas sembler directement évocatrices de la Trinité, du mystère de la Trinité.
  • Pentecôte

    Ac 2,1-11; Rm 8,8-17; Jn 14, 15…26
    Dans l’évangile, une aventure tout INTERIEURE… « si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons chez lui » : une demeure de Dieu en nous. Dans les Actes des Apôtres, une aventure tout EXTERIEURE…
  • 7° Dimanche de Pâques

    Jn 17, 20-26
    Jeudi dernier, nous fêtions l’Ascension. Dimanche prochain, nous célébrerons la Pentecôte. C’est un temps bien particulier que cette dizaine de jours où le Christ est parti vers le Père et où l’Esprit n’est pas encore donné. Que se passe-t-il pour les disciples réunis à Jérusalem ? S’agit-il d’un temps mort ?
  • Ascension

    Lc 24, 46-53
    L’Ascension est le moment très solennel et très fugitif à la fois où le Christ passe le témoin à son Eglise. Moment solennel si fugitif que les témoins en restent éberlués, « scotchés » : ‘eh ! qu’est-ce qui se passe ? qu’est-ce que vous avez ? qu’est-ce que vous regardez ? oho ! revenez sur terre !’
  • 6° Dimanche de Pâques (C)

    Jn 14, 23-29
    « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle », "si quelqu’un m’aime" c’est un présent, "il restera fidèle" c’est un futur. "Si quelqu’un m’aime", qu’est-ce que c’est que cet amour ?
  • 4° Dimanche de Pâques (C)

    Jn 10, 27-30
    Le passage de l’Evangile dit ‘du Bon Pasteur’, dans le chapitre X de saint Jean, a été réparti sur les trois années du cycle liturgique, et nous avons pour cette année, année C, la troisième partie, la plus courte.
  • 3° Dimanche de Pâques (C)

    Jn 21, 1-19
    Frères et Sœurs, cet Evangile est bien connu ; et c’est un Evangile dense et difficile. Difficile surtout si nous essayons de le comprendre uniquement avec notre tête.
  • 2° Dimanche de Pâques

    Jn 20, 19-31
    Savez-vous ce que veut dire le mot ‘messe’ qui désigne ce que nous sommes en train de faire, l’Eucharistie ? Curieusement, ce ne sont pas les chrétiens qui l’ont inventé
  • Jour de Pâques (31 mars)

    Jn 20, 1-9
    « Il vit et il CRUT. » Nous voici en présence du premier dont on dit qu’il a CRU en la Résurrection de Jésus : premier CROYANT, premier chrétien. Ce n’est pas Pierre, ce n’est pas Marie-Madeleine, c’est l’autre
  • Nuit Pascale (30 mars)

    Lc 24, 1-12
    Les femmes ont eu un rôle clé au matin de la Résurrection ; les quatre évangiles sont unanimes, c’est donc incontournable : nous n’avons pas accès à la Résurrection sans ces femmes. Un collectif de femmes : Luc en nomme trois et ajoute « et les autres avec elles ».
  • Vendredi saint 29 mars

    Jn 18,1-19,42
    Devant un mystère qui me dépasse, qui me laisse muet, mon corps peut encore parler : en marchant, en s’approchant, en fléchissant le genou, en posant un baiser sur la croix, avec ma bouche, cette bouche impuissante à trouver les mots justes.
  • Jeudi saint 28 mars

    Ex 12,1-14; 1Co 11,23-26; Jn 13,1-15
    Lors de la première Pâque en Egypte, et dans le rite juif de la Pâque qui en est le mémorial, les participants sont SUR LE QUI-VIVE.
  • Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

    Lc 19, 28-40; Lc 22-23
    Depuis quinze jours, le pape François a mis en valeur, en relief, un mot, un mot qui a frappé les médias, un mot pourtant désuet, pas du tout à la mode, un mot du vocabulaire le plus ancien de l’Eglise, un mot qu’on ne peut arracher des Ecritures et de l’Evangile sans déraciner tout l’arbre ; ce mot, c’est la « miséricorde ».
  • 5° Dimanche de Carême

    Jn 8, 1-11
    Oubliez le passé : parole étonnante au début d’une liturgie qui va être un mémorial, l’actualisation d’un événement passé. Qu’est-ce que Dieu nous demande d’oublier ? Pourquoi oublier ? À ces questions les trois lectures que nous avons entendues apportent la réponse du Seigneur.
  • 4° Dimanche de Carême C (Laetare)

    Lc 15, 1-3.11-32
    Voilà une page d’Evangile apparemment si connue et qui n’a cependant pas fini de nous révéler quelque chose de Dieu, quelque chose du Père. Et avec les deux fils de la parabole, l’on pourrait spontanément se méprendre de ce Dieu, de ce Père. L’on pourrait vouloir un Dieu de Justice, un justicier sévère et l’on a un père plein de tendresse et de miséricorde, à l’amour déraisonnable.
  • 3° Dimanche de Carême C

    Lc 13, 1-9
    Un massacre sacrilège, on tue des hommes en train de prier, une tour qui s’effondre sur des innocents et un figuier sauvé par son jardinier. Voilà trois images qui répondent à la même question : les autres !
  • 2° Dimanche de Carême C

    Lc 9, 28b-36, La Transfiguration
    Pourquoi cet évangile de la Transfiguration sur notre route vers Pâques ? L’Église nous propose, tous les ans, pour le 2ème dimanche de Carême, de « monter sur la montagne ». Qu’allons-nous y faire ?
  • 1° Dimanche de carême C

    Lc 4, 1-13
    En dépit de notre bonne volonté, les illustrations se surimposent au texte, avec tout leur attirail médiéval, très peu biblique, les cornes, la queue, la fourche et les sabots
  • Mercredi des Cendres 2013

    Mt 6,1…18
    Entre la 1° lecture et l’évangile, une contradiction, très frappante, –ou une révolution ? autour de la pénitence : -première lecture, le prophète Joël : « sonnez de la trompette, annoncez un jeûne » ; -évangile : « quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner de la trompette ». Trompette ou pas trompette ?
  • 5° dimanche du TO (C)

    Lc 5, 1-11
    Deux récits d’appels qui débutent par une rencontre de l’homme avec la Sainteté de Dieu. Devant la majesté de Dieu, la perception de sa grandeur, l’homme a toujours un mouvement de recul.
  • 4° dimanche du TO (C)

    Lc 4, 21-30
    Dans cette page d’Evangile, ce qui se passe pour Jésus dans la synagogue de Nazareth peut éclairer, nous faire voir dans une autre lumière, une réalité que chacune de nos vies rencontre un jour : la réalité de l’épreuve
  • 3° dimanche du TO (C)

    Lc 1, 1-4; 4, 14-21
    Frères et Sœurs, Saint Luc nous offre ce matin le récit de Jésus travaillé de l’intérieur par la parole du prophète Isaïe, par la Parole de Dieu.
  • 2° dimanche du TO (C)

    Jn 2, 1-11, Les noces de Cana
    Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. Aujourd’hui Jésus commence à faire des signes. En Jésus Dieu commence à nous faire signe. Qu’est-ce qui nous est signifié ? Qu’est-ce qui nous est manifesté ?
  • Le Baptême du Seigneur (C)

    Lc 3, 15-16.21-22
    Jésus priait après avoir été baptisé comme tout le peuple, le Ciel s’ouvrit et l’Esprit Saint descendit sur Lui. Ces quelques paroles apparemment banales et narratives décrivant peut-être avec un peu de théâtralité le début de ce qu’il est convenu d’appeler la vie publique de Jésus
  • L'Épiphanie du Seigneur

    Mt 2, 1-12
    Des Mages cherchent leur chemin… et nous aussi, nous cherchons notre chemin vers le Dieu, vers l’Enfant, vers Celui qui a pour projet de réunir tous les hommes. A ce chemin, me semble-t-il, il y a trois obstacles.
  • Marie Mère de Dieu

    Lc 2, 16-21
    Il est bon de regarder la crèche, émerveillés, comme les bergers, mais il me semble insuffisant même pour des bénédictins, de la regarder benoîtement. Quelque chose d’autre se joue ici, quelque chose de décisif, qui nous concerne, nous.