Homélies 2020

  • La Sainte Famille

    Lc 2, 22-40
    Frères et sœurs, laissons-nous surprendre par cette page d’Évangile ; et en premier lieu par l’étonnement de Marie et de Joseph : « le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui ». La lectio divina commence ainsi : un mot qui se met à rougeoyer comme une braise. Pourquoi cet étonnement ?
  • Jour de Noël

    Jn 1, 1-18
    Il faut bien avouer que le ton de la messe du jour de Noël, n’est pas exactement celui de la messe de la nuit. Nous avons entendu cette nuit, l’Évangile selon saint Luc, avec sa crèche, ses anges, ses bergers.
  • Nuit de Noël

    Lc 2, 1-14
    Frères et sœurs, croyez-vous au Père Noël ? Aïe, aïe, aïe ! Sujet glissant s’il en est… Question délicate entre toutes car il s’agit surtout de ne pas répondre, tout simplement parce qu’il y a des enfants dans cette église. « Dis maman, qu’est-ce qu’il dit le monsieur au micro ? – Rien mon chéri. Rendors-toi ! »
  • 4° Dimanche de l'Avent (B)

    Lc 1, 26-38
    Pauvre David ! Son idée était belle, son intention généreuse et sincère ; il était même encouragé par le prophète Nathan… Mais Dieu lui fait dire : « Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ? (…) Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. » Pauvre David ?
  • 3° Dimanche de l'Avent (B)

    Jn 1, 6-8.19-28
    « Soyez toujours dans la joie » nous dit Saint Paul. Pour parler familièrement, presque vulgairement : il en a de bien bonnes notre cher Paul ! Être toujours dans la joie au milieu de tous les enquiquinements de la vie, sans parler de toutes les souffrances : maladies, pandémies, séparations, deuils, inimitiés, incompréhensions, etc.
  • 2° Dimanche de l'Avent (B)

    Mc 1, 1-8
    Le mot « conversion » peut avoir une connotation positive ou négative. Cela dépend du contexte, de quelle conversion on parle : conversion de l’euro en dollar, conversion d’une mesure anglo-saxonne dans le système métrique, conversion des métaux...
  • 1° Dimanche de l'Avent (B)

    Mc 13, 33-37
    Frères et sœurs, dans l’Evangile que nous venons d’accueillir, Jésus parle à ses disciples. En effet, il ne s’adresse ici ni à des foules anonymes, ni à des individus, puissants ou petits, ni même aux représentants de corps constitués.
  • Notre Seigneur Jésus Christ Roi de l'Univers (A)

    Mt 25, 31-46
    Christ Roi, Cristo Rey, un roi tout puissant mais en amour humble, patient et déterminé expliquait en substance un jour l’abbé Pierre à un jeune qui se demandait comment Dieu pourrait être tout puissant en un monde rempli d’autant de mal, de haine et de violences.
  • 33° dimanche du TO (A)

    Mt 25, 14-30
    Que se passe-t-il avec ce troisième serviteur ? Il affirme à son maître : « Je savais que tu es un homme dur. » Son jugement est sans appel ; aucune échappatoire possible pour ce maître, pas même le soupçon du doute sur sa dureté.
  • 32° dimanche du TO (A)

    Mt 25,1-13
    Il y a de la confusion des genres dans les lectures d’aujourd’hui. La première lecture nous présente la Sagesse sous les traits d’une femme, qui attire à elle des hommes grâce à sa beauté et à son visage souriant. Dans l’évangile, au contraire,
  • Commémoration de tous les fidèles défunts

    Jn 6, 51-58
    Ce chapitre de l’Évangile selon saint Jean nous rend spectateurs et témoins d’un dialogue entre Jésus et ses auditeurs, dialogue sur le pain, la faim, le désir, la satiété, la chair, l’esprit, le sang, le manger et le boire.
  • Toussaint

    Mt 5, 1-12a
    « Eh non, je ne suis pas un saint ! » L’expression est courante sinon pour se justifier d’une forme de médiocrité, du moins pour avouer ses petits côtés. Je ne suis pas un saint ! Sous-entendu, je ne suis pas parfait et je ne le serai jamais.
  • 30° dimanche du TO (A)

    Mt 22, 34-40
    Cet Évangile est d’une profondeur et d’une vérité inouïes, y compris au plan psychologique, quand il énonce : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Encore faut-il ne pas extraire cet Évangile de son contexte, et ne pas détacher son extraordinaire actualité du terreau bien particulier où il a été énoncé.
  • 29° dimanche du TO (A)

    Mt 22, 15-21
    « Rendez donc à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu… » Cette parole de Jésus est l’une des plus connues et citées de l’Évangile, des plus instrumentalisées aussi pour corroborer des positions qui n’ont pas grand chose à voir avec la pensée de Jésus.
  • 28° dimanche du TO (A)

    Mt 22, 1-14
    Manger, boire, se vêtir : toutes les lectures aujourd’hui nous parlent finalement de cela. Et parmi les préoccupations humaines, ce ne sont pas les moindres ! Manger et boire sont des besoins absolument vitaux, et se vêtir est aussi une nécessité.
  • 27° dimanche du TO (A)

    Mt 21, 33-43
    « Voici l’héritier, venez ! tuons-le et nous aurons son héritage ! » Nous en avons la triste expérience, rien de tel qu’un héritage pour mettre la division dans une famille, pour détruire la fraternité.
  • 26° dimanche du TO (A)

    Mt 21, 28-32
    Il y a une quinzaine d’années, deux étudiants tchèques ont réalisé un projet original sur l’influence de la publicité sur les gens. Ce projet a été filmé et sorti ensuite comme film documentaire, intitulé « Un rêve tchèque ».
  • Dédicace, le 23 septembre 2020

    Lc 19, 1-10
    Bonne nouvelle d’apprendre aujourd’hui que Jésus peut demeurer chez un Zachée, un pécheur, chez moi. Bonne nouvelle d’apprendre que Jésus veut demeurer chez ce Zachée au cœur certainement trouble mais néanmoins habité d’un désir certain
  • 25° dimanche du TO (A)

    Mt 20, 1-16
    Ce rassurant évangile de l’ouvrier de la dernière heure est bien connu. Il n’a évidemment pas manqué de susciter quelques interrogations quant à la pertinence du comportement de ce propriétaire de domaine par rapport à certaines exigences d’équité et de justice sociale.
  • 24° dimanche du TO (A)

    Mt 18, 21-35
    Ce dimanche, l’évangéliste saint Matthieu nous raconte Jésus donnant un enseignement sur le pardon. Si prêcher sur le pardon me semble délicat, inviter à pardonner ou s’efforcer de le faire dans certaines situations de violence et d’injustice pourrait l’être plus encore
  • 23° dimanche du TO (A)

    Mt 18, 15-20
    Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. Est-ce à dire que Jésus n’est pas présent quand je suis seul avec lui dans la prière ? Si c’était le cas, il faudrait avoir toujours quelqu’un à côté de soi pour pouvoir prier, et ce serait un peu étouffant...
  • 22° dimanche du TO (A)

    Mt 16, 21-27
    Frères et sœurs, cet Évangile est littéralement vissé à celui de dimanche dernier, dont il est la suite immédiate. Le lectionnaire précédant le montrait très bien en faisant commencer ainsi l’Évangile de ce jour : « Pierre avait dit à Jésus : "Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant". A partir de ce moment, Jésus le Christ commença à monter à ses disciples ... etc. ».
  • 21° dimanche du TO (A)

    Mt 16, 13-20
    « Pour vous, qui suis-je ? » Chaque fois que nous entendons cet Évangile de la confession de Pierre, la question résonne à nos oreilles comme si Jésus, après l’avoir posée à ses disciples, nous la posait à notre tour. Mais quelle est l’intention de Jésus quand il demande ainsi « Pour vous, qui suis-je ? » ?
  • 20° dimanche du TO (A)

    Mt 15, 21-28
    Depuis des mois, avec toute la planète, nous faisons l’expérience que le virus Covid 19 ne connaît pas les frontières … Plus encore que le virus, le mal, comme le malheur ne connaît pas les frontières, il affecte toute l’humanité… C’est à ce drame que s’affronte Jésus
  • Assomption de la Vierge Marie

    Lc 1, 39-56
    En ce jour de l’Assomption, c’est une scène toute simple que nous invite à contempler l’Église. Scène d’une telle pureté, rencontre d’un tel naturel que, si nous n’avions pas, pour nous aider à en saisir toute la portée, l’art spirituel, théologique et narratif de Luc, nous ne pourrions rien y discerner de particulier.
  • 19° dimanche du TO (A)

    Mt 14, 22-33
    Visiblement, aussi bien Jésus que le prophète Élie, ils aimaient tous les deux gravir la montagne. Ils aimaient se retirer de temps en temps, prendre un temps pour prier, pour rester en présence de Dieu, lui qui, par excellence, est présent à nous, qui est celui qui est (cf. YHWH).
  • 18° dimanche du TO (A)

    Mt 14, 13-21
    Quand nous lisons sur notre ordinateur ou notre téléphone : « inscrivez-vous gratuitement à… » nous flairons l’arnaque. Que dire alors de l’invitation du prophète Isaïe (...) Arnaque divine ?
  • 17° dimanche du TO (A)

    Mt 13, 44-52
    Le royaume des cieux est donc comme un trésor caché, un négociant en perles fines, un filet plein de poissons à trier ou encore un sage maitre de maison ? En ces neuf versets propres à Matthieu, Jésus va nous offrir quatre comparaisons
  • 16° dimanche du TO (A)

    Mt 13, 24-43
    Ces trois paraboles, le bon grain dans le champ, la graine de moutarde, le levain dans la pâte que nous venons d’entendre sont le quotidien de notre labeur de créature à poursuivre Celui qui nous appelle à sa vie divine, à sa paix véritable : le Christ.
  • 15° dimanche du TO (A)

    Mt 13,1-23
    Frères et sœurs, avec la liturgie, la Parole de Dieu tourne en boucle. Mais pas comme les radios ou chaines d’information en continu, qui prétendent apporter du nouveau, des « nouvelles » toutes fraiches, alors qu’elles disent en substance toujours la même chose et diffusent toujours la même musique qui flattent les oreilles.
  • Saint Benoît, 11 juillet 2020

    Mt 19, 27-29
    Dans cet évangile, Pierre s’inquiète : « alors, qu’est-ce qu’il y aura pour nous ? » Inquiétude légitime : les disciples ont tout lâché, leur barque, leurs filets, leur famille pour suivre Jésus. Aurait-il peur, Pierre, de n’être qu’un instrument au service du salut des autres ?
  • 14° dimanche du TO (A)

    Mt 11, 25-30
    Dans la prière d’ouverture nous avons demandé à Dieu une « joie sainte » et le « bonheur impérissable »… Qu’est-ce que recouvrent ces deux expressions ? – Écoutez : Partons d’un fait : Ça se passe dans un petit village du Dauphiné : une maman fait le catéchisme à quelques enfants de la paroisse...
  • 13° dimanche du TO (A)

    Mt 10, 37-42
    « Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. » Placée précisément au milieu de l’Évangile de ce dimanche, cette parole de Jésus semble désigner la question de l’accueil comme son pivot central.
  • 12° dimanche du TO (A)

    Mt 10, 26-33
    « Ne craignez pas » voilà ce que nous dit Jésus dans l’Évangile de ce jour. N’ayez pas peur. Ou plutôt, n’ayez pas peur de n’importe quoi et de n’importe qui. On se souvient de l’homélie du pape Jean-Paul II au jour de l’inauguration de son pontificat, sur la place Saint-Pierre ou lui-même martelait : « n’ayez pas peur ».
  • Sacré-Coeur de Jésus (A)

    Mt 11, 25-30
    « Venez à moi, vous tous » : l’invitation du Christ à venir à lui est d’une largeur sans limite. Bien sûr elle s’adresse à nous qui sommes ici ce matin dans cette église, qui avons répondu à son appel et sommes venus à lui.
  • Le Saint Sacrement (A)

    Jn 6, 51-58
    Frères et sœurs, vous avez vécu durant le confinement quelque chose d’inouï : plus d’assemblée célébrante, plus de sacrements, qui plus est au moment du Triduum Pascal. Est-ce que ce tremblement de terre pourrait permettre à du neuf de surgir ?
  • Sainte Trinité (A)

    Jn 3, 16-18
    Il y a quelque temps, un frère m’a raconté un rêve qu’il a eu : il conduisait une voiture, et en même temps il était un passager, une fois à côté du chauffeur, une fois derrière lui. Et il m’a dit : « j’ai trouvé ça tout à fait normal. » Trois personnes dans une voiture, un chauffeur et deux passagers, et pourtant, c’est la même personne. Ce n’est possible que dans les rêves… ou dans le christianisme.
  • Pentecôte (A)

    Jn 20, 19-23
    Il y a tout juste dix jours, nous fêtions l’Ascension, la montée au ciel de Jésus. Souvenons-nous… avant de partir ainsi, d’être soustrait aux regards par une nuée, le Christ promettait une force, celle du Saint-Esprit, pour soutenir les siens dans le témoignage qu’ils auraient à lui rendre.
  • 7° Dimanche du TP (A)

    Jn 17, 1b-11a
    Saint Irénée de Lyon a sans doute en mémoire ce texte de l’évangile selon saint Jean quand il écrit : « la Gloire de Dieu c’est l’homme vivant ». Mais pouvons-nous penser la vie sans la mort ? La vie est-elle possible sans la mort ?
  • Ascension Jeudi 21 mai 2020

    Ac 1,1-11; Ep 1,17-23; Mt 28,16-20
    « Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ». Ce sont les derniers mots de Jésus et les derniers mots de l’évangile selon saint Matthieu. Promesse fantastique, incroyablement consolante. Mais c’est au moment même où Jésus quitte les Onze qu’il leur dit : « Je suis avec vous » !
  • 6° Dimanche de Pâques (A)

    Jn 14, 15-21
    « Je ne vous laisserai pas orphelins. Je reviens vers vous. Vous me verrez vivant et vous vivrez ». Ces paroles que prononce aujourd’hui Jésus, il faut bien les replacer dans le contexte si dense voire dramatique de la Cène précédant la Passion.
  • 5° Dimanche de Pâques (A)

    Jn 14, 1-12
    « Je suis le chemin, la vérité et la vie. » Quel chemin d’humanité, voulons-nous emprunter ? Nous sommes en train de quitter un certain monde. Nous découvrons, confinés, sidérés et choqués que notre civilisation peut vaciller, qu’elle est mortelle.
  • 4° Dimanche de Pâques (A)

    Jn 10, 1-10
    Mes frères, cet évangile vient nous apporter un peu d’air pur et frais, et çà nous fait du bien en ce moment ! Nous qui sommes dans l’enclos, confinés comme nos contemporains depuis presque deux mois, il nous tarde de pouvoir enfin sortir au grand jour, et de retrouver une certaine liberté de mouvement.
  • 3° Dimanche de Pâques (A)

    Lc 24, 13-35
    Mes frères, comment nous laisser rejoindre aujourd’hui par l’Évangile des pèlerins d’Emmaüs ? Quelle Bonne Nouvelle en recevoir alors qu’il nous est encore impossible de sortir de nos maisons et d’aller comme eux sur les routes ? Comment donc nous identifier à eux ?
  • Dimanche de la Divine Miséricorde 19 avril 2020

    Ac 2,42-47; 1P1,3-9; Jn 20,19-31
    C’est Pâques, comme dimanche dernier et tous les jours de l’Octave, comme tout le temps pascal, et comme chaque dimanche et chaque eucharistie… Pâques est toujours au-delà de ce que nous pouvons en dire, en comprendre, en célébrer ! Et l’Église surenchérit encore en nous disant : c’est la fête de la Divine Miséricorde.
  • Jour de Pâques 12 avril 2020

    Ac 10; 1Co 5,6-8; Jn 20,1-9
    Frères, aucun de nous ne pourra oublier cette fête de Pâques 2020 et nos célébrations portes closes. Ce faisant, nous nous retrouvons exactement comme les Apôtres au jour de Pâques, terrés au Cénacle.
  • Nuit de Pâques 12 avril 2020

    Mt 28,1-10
    Frères, en l’absence de notre assemblée habituelle, je choisis une approche monastique avec la lectio divina que cet évangile m’a offerte. Depuis longtemps je restais bloqué avec ce récit de Matthieu. C’est du côté de la pierre que je restais bloqué, à cause de l’apparition, trop belle, de cet ange du Seigneur qui roule la pierre et des gardes qui tombent en catalepsie.
  • Vendredi saint 10 avril 2020

    La Passion selon saint Jean
    Écoutant les récits de la Passion, le cœur de l’Évangile, comment ne pas être frappé par la place énorme qu’y tiennent les procès ? Les premiers chrétiens ont regardé en face le jugement des hommes qui avait frappé Jésus : jugement d’une injustice criante. Pourquoi ont-ils voulu dire si fort ce déni de justice ?
  • Jeudi Saint 9 avril 2020

    Ex 12, 1-8.11.14; 1Co 11, 23-26; Jn 13, 1-15
    Il y a un an, le lundi saint, nous recevions en France un signe extraordinairement puissant, qui a marqué les esprits : l’incendie de la flèche de Notre-Dame. Cette année, le signe est mondial, il rejoint chacun au plus près de lui, dans son corps. Ne nous trompons pas sur les signes: ils nous renvoient tous au signe des signes, le signe de Jésus, signe de la présence de Dieu au milieu des pires tempêtes.
  • Rameaux 5 avril 2020

    La Passion selon saint Matthieu
    La célébration du dimanche des Rameaux et de la Passion, commencement du mystère pascal , est celle d’un triomphe qui tourne au désastre ! Cette année, pour nous tous, le désastre est sensible dès la célébration du triomphe : pas de peuple, pas de foule, pas de cortège…
  • 5° Dimanche du Carême (A)

    Jn 11, 1-45
    À l’approche de Pâques, en pleine pandémie du Coronavirus qui fait tant de victimes, cet Évangile de la résurrection de Lazare nous plonge dans la réalité de chacune de nos vies pour y apporter l’espérance chrétienne.
  • Annonciation 25 mars 2020

    Lc 1,26-38
    Il s’agit d’une annonce, l’annonce faite à Marie. Qu’est-ce que c’est qu’une « annonce » ? L’annonce est quelque chose de très important, on le sait bien, parce qu’au fond, c’est la compréhension de l’évangile tout entier qui est à la clé.
  • 4° Dimanche de Carême, de Lætare (A)

    Jn 9, 1-41
    Non seulement ce dimanche nous invite à nous réjouir (dimanche de « laetare »), au plein milieu de la crise sanitaire mondiale, mais encore l’évangile nous montre Jésus qui guérit d’une façon qui ne répond pas aux normes d’hygiène actuelles.
  • 3° Dimanche de Carême (A)

    Jn 4, 5-42
    « Le Seigneur est-il au milieu de nous, oui ou non ? » dit le peuple au désert pourtant libéré depuis peu de l’esclavage d’Egypte mais apparemment encore esclave de sa courte vue sur certains besoins il est vrai assez légitimes : il a soif, ils ont soif.
  • 2° Dimanche de Carême (A)

    Mt 17, 1-9
    « Jésus fut transfiguré devant eux » A quoi pensez-vous, à quoi pensons-nous quand nous entendons ces mots « il fut transfiguré devant eux » ? Que voyons-nous, qu’imaginons-nous ? Avons-nous dans l’esprit l’une de ces nombreuses représentations, tableaux et icônes ? Ou bien une simple toile blanche : « ils ne virent plus personne », comme les pèlerins d’Emmaüs…
  • 1° Dimanche de Carême (A)

    Mt 4, 1-11
    Le travail propre du carême dans nos vies de chrétiens, c’est de nous inviter à revisiter nos fondations, nos fondements : qu’est-ce qui est vraiment fondamental, et qu’est-ce qui est seulement accessoire ? C’est pourquoi les deux premières lectures nous ont parlé d’Adam, l’humain.
  • 26 février 2020 Cendres

    Mt 6,1-6.16-18
    Au centre de toutes les pratiques vertueuses que sont l’aumône, la prière et le jeûne, Jésus place, de façon très inattendue, la dimension du secret : le visible et l’invisible, ce qui se montre, se donne à voir, et ce qui reste caché, hors de prise pour les autres hommes.
  • 7° dimanche du TO (A)

    Mt 5, 38-48
    Vous avez entendu ? Jésus nous pose une drôle de question aujourd’hui, : « que faites-vous d’extraordinaire ? » Ça, c’est une très mauvaise question.
  • 6° dimanche du TO (A)

    Mt 5, 17-37
    L’Évangile de ce dimanche, se situe au cœur du discours sur la montagne, dans l’Évangile selon saint Matthieu, discours qui commence avec les béatitudes. C’est une longue prise de parole de Jésus qui occupe trois chapitres entiers
  • 5° dimanche du TO (A)

    Mt 5, 13-16
    « Vous êtes le sel de la terre (...) vous êtes la lumière du monde. » Une fois de plus, la proclamation du Seigneur dans la liturgie de sa parole est retentissante. Comme à son habitude, Jésus a la parole audacieuse.
  • Présentation du Seigneur

    Lc 2, 22-40
    Frères et sœurs, ce dimanche, exceptionnellement, notre messe a commencé par une grande procession. En fait, la messe commence toujours par une procession. Dans une paroisse, c’est le prêtre célébrant qui processionne avec le diacre qui porte l’évangile et les servants qui l’accompagnent ; ici, chaque dimanche, toute la communauté des moines entre en procession.
  • 3° dimanche du TO (A)

    Mt 4, 12-23
    Homélie de Mgr Alain Guellec, évêque auxiliaire de Montpellier.
  • Baptême du Seigneur

    Mt 3,13-17
    N’est-il pas frappant que le geste du baptême de Jésus par Jean ne s’accomplisse qu’après une RETICENCE très manifeste ? Jean résiste mais Jésus insiste : ‘le fait que tu le fasses pour moi, c’est cela « ACCOMPLIR TOUTE JUSTICE. »’
  • L'Épiphanie du Seigneur (A)

    Mt 2, 1-12
    Épiphanie... Étoile, mages venus d’Orient, cadeaux mystérieux, songe... il y a du merveilleux dans ce récit ;
  • Sainte Marie, Mère de Dieu (A)

    Lc 2, 16-21
    Au premier jour de l’année civile, toutes les lectures liturgiques sont courtes, et c’est déjà une sorte de bénédiction ! Alors je vais essayer d’être court moi aussi.