Homélies 2021

  • 17° Dimanche du TO*B

    Jn 6, 1-15
    Jésus prend du pain. Jésus dit la prière d'action de grâce. Jésus donne. Frères et sœurs, vous l'avez évidemment reconnu, voilà décrits les gestes de la messe ! Ainsi, la Tradition de l'Église nous invite-t-elle à accueillir la multiplication des pains comme une extraordinaire annonce du Partage Eucharistique. Quel bonheur ! Quelle bonne nouvelle !
  • 16° Dimanche du TO*B

    Mc 6, 30-34
    Dans l’évangile d’aujourd’hui Jésus invite ses disciples à recharger leurs batteries avant qu’elles ne soient complètement épuisées. Il dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » Cela veut dire que même si nous faisons de bonnes choses, comme les disciples qui reviennent de la mission, même si nous accomplissons la volonté de Dieu, il est important de nous reposer de temps en temps.
  • Saint Benoît

    Lc 22, 24-30
    Les disciples de Jésus se querellent pour des questions de rang, de place. Qui est le plus grand ? C’est bien humain ! Dans toute collectivité, - que ce soit au sein de la famille, en entreprise, et même quelquefois au monastère - on se chamaille pour se trouver une place, et la meilleure, tant qu’à faire !
  • 14° Dimanche du TO*B

    Mc 6, 1-6
    Les Évangiles sont muets sur une longue période de la vie de Jésus : les 30 ans (et même un peu plus) de Sa vie cachée à Nazareth. Pour entrer dans le mystère du Christ, il n’est pas utile de savoir comment se sont passées ces années. Le Pape François appelle cela de la curiosité.
  • 13° Dimanche du TO*B

    Mc 5, 21-43
    Frères et sœurs, venons-nous d’entendre deux récits, distincts, mais simplement et fortuitement juxtaposés, ou bien une seule et même histoire ? Quel titre donner à ce passage un peu long de l’Évangile ? Quel épisode mettre en avant : la guérison de la femme hémorroïsse ou le retour à la vie de la fille de Jaïre ?
  • 12° dimanche du TO*B

    Mc 4, 35-41
    Au cœur de la tempête, la paix. Au milieu des flots démontés, la quiétude. Sous les vents furieux, le repos. C’est que la barque est gardée du sommeil du Juste dans ce passage sur l’autre rive. La violente tempête elle-même ne suffit pas à réveiller Jésus. Les vagues se jettent sur la barque si bien qu’elle se remplit.
  • 11° Dimanche du TO*B

    Mc 4, 26-34
    Jésus leur annonçait la Parole dans la mesure où ils étaient capables de la comprendre et pour ma part, j’ai commencé à mieux comprendre l’évangile de ce dimanche grâce aux moineaux de notre cloître se réfugiant dans les grands ifs, j’y reviendrai.
  • Le Saint Sacrement (B)

    Mc 14, 12-16.22-26
    Certains se souviennent peut-être des processions du Saint Sacrement quand on jetait des pétales de roses au passage de l’ostensoir et qu’on faisait des stations dans des reposoirs abondamment fleuris…
  • Sainte Trinité

    Mt 28, 16-20
    Pour accueillir le Mystère de la Trinité dans son impact si important pour chacune de nos vies, il me semble que, le plus simple et le plus important pour chacun de nous, ici présents, est de partir d’un témoignage spirituel qui puisse remettre en question notre manière d’accueillir la Trinité et donc l’Amour de Dieu dans nos vies de tous les jours !
  • Pentecôte (B)

    Jn 15, 26-27 ; 16, 12-15
    Dieu nous fait un don infini, un cadeau immense. Il nous fait don de lui-même, de son propre Esprit. A quoi pensons-nous quand nous parlons de « don » ? Cela peut évoquer plusieurs situations : « Je fais un don à une association », « j’ai un don pour la musique », « il a fait don de son sang ».
  • 7° Dimanche du Temps Pascal (B)

    Jn 17, 11b-19
    Frères et sœurs, avons-nous peur du monde ? Si quelques optimistes disent que nous vivons une époque formidable, d’autres diront que le monde est hostile. Alors certains s’accommodent de l’isolement et de l’individualisme. Des croyants se désoleront que le monde est athée. Des chrétiens voudront se garder d’un monde malsain.
  • Ascension (B)

    Mc 16, 15-20
    Frères et sœurs, pour ceux d’entre vous qui étaient présents à la veillée pascale, vous vous souvenez peut-être (si vous n’étiez pas trop fatigués !) que l’évangile de Marc se terminait de manière abrupte sur ces mots (16,8) : Elles (les femmes) ne dirent rien à personne, car elles avaient peur. Ce qui explique (peut-être) pourquoi plusieurs copistes ont cherché à combler le vide et le manque de foi des femmes au tombeau en ajoutant les versets suivants, dont nous lisons une partie aujourd’hui.
  • 6° Dimanche du Temps Pascal (B)

    Jn 15, 9-17
    Quand il fait beau, surtout en été, on peut observer au-dessus de la Montagne Noire, de nombreux parapentistes qui planent, qui savourent une vue imprenable d’en haut sur la région, qui sentent de la douceur et de la fraîcheur du vent qui les porte.
  • 5° Dimanche du Temps Pascal (B)

    Jn 15, 1-8
    « Demeurez en moi, comme moi en vous. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit ». Frères et sœurs, le mot « demeurer » : à quoi nous fait-il penser ? A quelque chose de profond, tout le contraire du superficiel ? Sûrement, et nous y reviendrons. Mais « demeurer » évoque-t-il en même temps pour vous quelque chose d’actif, qui bouge ; ou bien une ambiance de calme, de retrait, de silence ? C’est précisément là que notre imaginaire risque de prendre le pas sur la réalité des Évangiles.
  • 4° Dimanche du Temps Pascal (B)

    Jn 10, 11-18
    Frères et sœurs, dans notre imaginaire, l’expression “Bon Pasteur” peut recouvrir de nombreuses et diverses représentations. Si nous devions décerner un prix du Bon Pasteur, chacun de nous dresserait sa liste des qualités requises pour mériter un tel titre.
  • 3° Dimanche du Temps Pascal (B)

    Lc 24, 35-48
    Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est, je le suppose, parce que nous croyons que Jésus est ressuscité… mais aussi parce que nous vivons du Ressuscité, une vie joyeuse, une vie libre, une vie donnée. Qu’est-ce à dire ?
  • 2° Dimanche de Pâques / Quasimodo / in Albis / de la Miséricorde

    Jn 20, 19-31
    « Non, je ne croirai pas ! » Ainsi parle aujourd’hui un saint Thomas qui exige de voir et toucher les plaies du Ressuscité. C’est parfois ce que l’on retiendra seulement de cette page d’évangile qui a pu inspirer certaines attitudes et expressions familières traduisant une sorte de refus de croire sans preuves tangibles
  • Jour de Pâques

    Jn 20, 1-9
    On se croirait sur une piste d’athlétisme ! Sauf que celui qui est en tête de la course laisse la place au suivant, et ne franchit pas la ligne d’arrivée… Humilité de l’amour, celle du disciple bien-aimé, qui court plus vite que Pierre, représentant la figure d’autorité dans l’Eglise.
  • Veillée Pascale (B)

    Mc 16, 1-8
    C’est ce qui s’appelle « terminer en queue de poisson » ! Oui, cet évangile de Marc, dans la plupart des manuscrits, se finit sur ces mots : Elles (les femmes) ne dirent rien à personne, car elles avaient peur. Mais que se passe-t-il ?
  • Vendredi Saint

    Jn 18, 1 – 19, 42
    Il ne ressemblait plus à un homme ; il n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme. Le Serviteur du Seigneur est tellement défiguré qu’il apparaît comme un animal, comme une plante chétive.
  • Jeudi Saint 1er avril 2021

    Jn 13, 1-15
    En ce jeudi saint commence la marche vers Pâques, le « passage » du Seigneur. La présence des fleurs, des étoles blanches, ne doit pas nous faire oublier qu’il s’agit d’une fête au goût d’amertume. L’un des Douze, Judas Iscariote, tel un trouble-fête, va livrer Jésus à la mort.
  • Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur (B)

    Mc 14, 1 – 15, 47
    Frères et sœurs, la liturgie de la semaine sainte - qui commence en ce dimanche des Rameaux et de la Passion - nous donne l’impression d’être ballottés sur les montagnes russes d’un parc d’attractions. Çà monte, çà descend ; et çà remonte, et çà redescend...
  • Annonciation du Seigneur

    Lc 1, 26-38
    Connaissez-vous la fresque d’Arcabas à Saint Hugues de Chartreuse où l’ange Gabriel déboule à toute vitesse sur sa bicyclette pour porter l’Annonce à Marie ?
  • 5° Dimanche de Carême (B)

    Jn 12, 20-33
    Avec les grecs, nous montons à Jérusalem la ville de la paix pour adorer Dieu. Avec les grecs nous désirons voir Jésus. Comme eux, nous avons toujours à quitter un certain monde pour adorer en vérité le Prince de la Paix.
  • 4° Dimanche de Carême, de Lætare (B)

    Jn 3, 14-21
    Frères et sœurs, il est des regards qui en disent long... souvenons-nous ! Souvenons-nous de ce regard du malade qui guettait nos réactions pour être rassuré. Souvenons-nous de cet handicapé qui n’avait d’autre langage que son regard.
  • 3° Dimanche de Carême (B)

    Jn 2, 13-25
    Les disciples, sur le moment, se rappelèrent qu’il est écrit : l’amour de ta maison fera mon tourment. Et quand il se réveilla d’entre les morts, ils se rappelèrent ses paroles ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.
  • 2° Dimanche de Carême (B)

    Mc 9, 2-10
    Je vous disais au début de la messe que nous serions transportés aujourd’hui sur la montagne de la Transfiguration. Mais, en fait, deux montagnes ont été gravies dans notre liturgie de la Parole : d’abord, celle du sacrifice d’Isaac, au pays de Moriah, puis le mont Thabor ; et nous savons qu’une troisième encore se profile à l’horizon de notre Carême : le Golgotha.
  • 1° Dimanche de Carême (B)

    Mc 1, 12-15
    Les plus anciens se rappelleront qu’en ce dimanche monsieur le curé montait en chaire pour lire le « Mandement de Carême » de Mgr l’évêque qui rappelait les règles du jeûne et de l’abstinence.
  • Mercredi des Cendres

    Mt 6, 1-6.16-18
    C’est le début du carême. Nous y entrons, et pourtant nous avons l’impression que celui-ci dure déjà depuis un an... Saint Benoît dit que le moine devrait toujours être comme en carême, mais que peu en sont capables. Finalement, nous y voilà tous invités, par la force des choses, en ce temps de pandémie.
  • 6° dimanche du TO (B)

    Mc 1, 40-45
    « Un lépreux vient auprès de Jésus… » Ni ce lépreux, ni Jésus ne respectent les gestes barrières, la distance réglementaire, le port du masque, comme il nous est demandé aujourd’hui…La lèpre, au temps de Jésus, n’était pas seulement une maladie comme la pandémie actuelle; elle était une « impureté »,
  • 5° dimanche du TO (B)

    Mc 1, 29-39
    Chaque jour, nous prenons de dizaines de décisions, petites ou grandes, nous faisons des choix entre de différentes possibilités, en faisant nos courses, en lisant tel ou tel article, en nous couchant à 22h ou à 1h du matin, en faisant ou pas ce qu’un autre nous demande, etc.
  • 4° dimanche du TO (B)

    Mc 1, 21-28
    Voilà un enseignement nouveau proclamé avec autorité ! Autorité de Jésus qui ne cessera d'être affirmée durant tout son ministère, durant sa courte vie publique. Autorité qui fait grandir et non pouvoir qui asservit. Autorité qui se manifestera de bien des manières par la suite.
  • 3° dimanche du TO (B)

    Mc 1, 14-20
    Le voilà, le pêcheur d’hommes, Jésus. Il jette son filet dans la mer du monde et de l’humanité. Il se jette lui-même ; les amarres du ciel sont lâchées. Il est le filet divin jeté dans nos existences comme il s’est jeté dans celles de Simon, d’André, de Jacques, de Jean
  • 2° dimanche du TO (B)

    Jn 1, 35-42
    Frères et sœurs, c’est le moment pour nous de quitter le temps de l’Avent et de Noël (ce temps où Jean le Baptiste nous a accompagnés), et d’entrer dans le temps ordinaire, le temps du Royaume qui vient. Le Précurseur nous y invite, et il tourne notre regard vers Jésus : Voici l’Agneau de Dieu !
  • Le Baptême du Seigneur (B)

    Mc 1, 7-11
    annonce celui qui va venir et qui baptisera dans l’Esprit-Saint et dans le feu. Tout ce que peut faire Jean, c’est de prendre de l’eau entre ses mains et de la répandre sur ceux qui veulent se convertir…
  • Épiphanie du Seigneur

    Mt 2, 1-12
    L’étoile qui a conduit les mages à la crèche, l’étoile de l’épiphanie, c’est à dire de la manifestation de Jésus Sauveur, est-elle présente, où brille t-elle aujourd’hui dans la vie de l’église, du monde, dans notre vie à chacun et chacune ?
  • Sainte Marie, Mère de Dieu

    Lc 2, 16-21
    Sainte Marie, Mère de Dieu. La solennité que nous célébrons aujourd’hui est celle de Marie, oui. Mais c’est aussi, à chaque mémoire de la sainte Vierge, notre fête. Car Marie nous précède ; elle n’est pas sur un piédestal, inaccessible.